Accueil » Perso » Divers » Bicause : l’association et moi

Bicause : l’association et moi

by Cordélia

Après mon article sur le MAG Jeunes LGBT, je me devais de faire un article sur une autre association dont je fais partie et pour laquelle j’essaye de m’investir et donner de ma petite personne : à savoir BiCause. Je vais vous présenter cette petite association et mon expérience en son sein. Je vais faire comme la dernière fois et reprendre la courte présentation qu’on peut retrouver sur le site internet de BiCause :

L’association Bi’cause

Créée en association en mai 1997, BiCause existait depuis 1995, sous forme d’un groupe dont les premiers membres furent des femmes qui ne se reconnaissaient pas sous les dénominations « hétérosexuel » ou « homosexuel » et se trouvaient exclues des groupes gays et lesbiens de l’époque.
BiCause fut la première et longtemps seule association porte-parole des bisexuel(le)s en France. La dimension associative s’est imposée très vite aux fondatrices, par sa portée politique et revendicative.
BiCause est une association mixte et consensuelle de réflexion, d’information et de prévention s’adressant aux bisexuel(le)s mais aussi à toutes les personnes intéressées par la bisexualité. BiCause propose des temps et des lieux de rencontre, d’échanges et de discussions.
BiCause fait partie des associations hébergées par le Centre Lesbien Gay Bi et Trans de Paris et Île-de-France (Centre LGBT) qui met à notre disposition un local et des moyens logistiques.

Les objectifs de BiCause

Nous nous sommes fixés comme objectifs de promouvoir l’émergence d’une identité bisexuelle, de favoriser les rencontres avec les personnes bisexuelles, d’accroître notre connaissance de la bisexualité, d’informer de l’existence et des réalités de la bisexualité, de lutter contre la biphobie, de défendre les intérêts des bisexuel(es), d’aider les plus fragiles d’entre les bisexuel(le)s, et enfin d’informer et prévenir sur les I.S.T.

Il faut savoir que BiCause a longtemps été la seule association bisexuelle de France. Aujourd’hui, il y en a… deux. BiCause et Bi’loulou à Strasbourg. Paye ta visibi’lité… On a aussi droit à un site/forum qui est bisexualite.info, mais c’est tout. Le reste, ce sont des associations LGBT où, trop souvent, les bisexuels sont complètement invisibilisés, si ce n’est rejetés. Il n’y a qu’à voir le contexte de fondation de l’association : des femmes exclues des communautés LG avaient décidé de créer leur propre association. Donc, Bi’cause comme presque-unique association bi de France et pourtant, personne n’en parle (si ce n’est à de rares occasions en région parisienne). Il faut dire que c’est une très petite structure, avec assez peu d’adhérents donc c’est forcément difficile d’être sur le devant de la scène. En plus, on va nous dire : pourquoi ? En quoi les objectifs bi sont différents des objectifs des homos ? C’est vrai que nos combats sont souvent les mêmes, mais cela ne veut pas dire que nous n’avons pas droit à un peu de reconnaissance. Je pense que je ferai un article spécifique sur tout ça, mais si ça vous intéresse, vous pouvez lire le manifeste français des bisexuelles et des bisexuels. Je vous encourage également à fouiller un peu sur le site de BiCause qui vient d’être refait à neuf et qui rassemble bon nombre d’informations très intéressantes.

Je me souviens encore de ma première rencontre avec BiCause. C’était pour une journée de la bisexualité e 2011 (oui, il y a une journée de la bisexualité le 23 septembre ! évidemment vous ne le saviez pas…). Il y avait un rendez-vous au sous-sol du Banana Café (13 rue de la Ferronnerie à Paris) pour des débats autour de la bisexualité. J’avais réussi à motiver quelques copines et toutes guillerettes, on s’était rendue là-bas en pensant trouver du monde, une ambiance un peu festive et… grosse désillusion x) La moyenne d’âge devait être de 40 ans, on était des gamines à peine majeures, c’était dans un sous-sol pas très bien éclairé, il devait y avoir 20 personnes à tout casser. Ok, c’est ça BiCause ? Personnellement, ça m’avait fait un peu peur. Mais bon, on ne pouvait pas se casser comme ça, alors on est restées et finalement c’était quand même intéressant. Après on a pu discuter un peu avec des membres de l’association, j’avais compris qu’en fait, c’était une très petite asso qui n’avait quasiment pas de moyens car quasiment pas de membres et j’avais finalement adhéré avec Prose (qui tient un blog très bien sur le sujet. Mine de rien, ça avait été à la fois bizarre parce que la plupart des personnes présentes avaient l’âge d’être mes parents, mais en même temps et bien… il y avait un certain feeling, et les gens étaient vraiment très gentils.

Ça ne devait pas être si catastrophique, puisque j’étais retournée avec Prose à une soirée de Bi’envenue. Là encore : très petit comité, membres beaucoup plus âgés, etc. Mais ça s’était plutôt bien passé et comme j’étais en compagnie de quelqu’un de mon âge, je n’étais pas trop-trop intimidée. Après, comme pour le MAG, je n’y suis pas retournée. Pour le coup, c’était plus une question de différence d’âge que de sentiment de mise à l’écart. Je ne me sentais pas d’être en contact régulier avec ces personnes alors que j’avais quoi ? 17 ? 18 ans ? Il me fallait un peu plus de bouteille pour oser y retourner et m’y sentir à l’aise. Je me suis décidée à remettre les pieds au sous-sol du Banana Café cette année, et je ne l’ai pas regretté. Il se trouve que tous les derniers jeudis du mois est organisée une soirée de Bi’envenue. Il y a en moyenne une dizaine de personnes (à chaque fois que j’y ai été, on était plus que ça, mais j’imagine que c’est fluctuant en fonction des disponibilités de chacun) et on boit des coups en parlant de différents sujets. Parfois autour de la bisexualité et parfois non. C’est un peu intimidant, mais il faut aussi prendre un peu sur soi pour parler aux autres. Il se trouve qu’il y a un peu de plus de « jeunes » que je ne l’avais imaginé et je me démène personnellement pour que les bi que je connais viennent lors de ces soirées. J’y suis allée 2 ou 3 fois et à chaque fois, ça s’est très bien passé.

Parmi les activités de BiCause, il y a aussi les Bi’causeries les 2e et 4e lundi du mois. Il se trouve que c’est le jour où j’ai cours de théâtre, donc je ne peux jamais y participer, mais ça se passe au Centre LGBT (61-63 rue Beaubourg à Paris). Le but est de débattre autour d’un thème en rapport avec la sexualité annoncé à l’avance. Pour les adhérents, il y aussi les dîners B.I.P. le 3e vendredi du mois, le lieu change, mais l’idée est de se retrouver entre membres pour papoter. Je n’ai pas encore eu l’occasion de participer à l’un de ces dîners. Enfin, il y a le CA le 1er mercredi du mois. J’ai assisté à la dernière réunion et c’est comme ça que je me suis rendue compte des difficultés de Bi’cause. Une petite association sur un très grand créneau, avec peu de volontaires et peu de moyens. Alors qu’il y en a, des choses à faire !

Bref, c’est comme ça que je vais me retrouver à faire du bénévolat au Printemps des Assoces qui aura lieu le week-end du 29 et 30 mars à l’Espace des Blancs Manteaux (48 Rue Vieille du Temple, Paris, 4e). Le samedi pour le forum associatif, toutes les asso seront présentes, dont BiCause (je vous invite à venir nous rencontrer) et le dimanche il y aura des tables rondes thématiques.

a little gay gif

Ce que j’aime chez BiCause, c’est qu’on est « entre nous« . C’est peut-être un peu sectaire de dire ça et je vais me faire taper sur les doigts, mais c’est vraiment ce que je ressens. Être entouré d’autres bi, ça fait du bien. Surtout quand on parle de nos expériences ou qu’on part dans des débats autour de tout ça. La plupart des asso LGBT sont très bien, mais tout de suite les homos vont passer en premier. On va parler des droits des homos, du coming-out, de comment aborder une nana/un mec si on ne sait pas trop de quel bord il/elle est… Mais ça reste très homo-centré pour le coup. En plus, j’ai vraiment du mal à concevoir qu’on ne puisse aimer qu’un seul « sexe« . Je ne sais pas, ça me laisse complètement perplexe. On dira : les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas, blablabla. Et d’ailleurs je parle de sexe, mais c’est aussi valable pour le genre, bien sûr. Au fond, je dois être davantage pansexuelle que bi, mais bon si je commence à partir sur ce terrain, je sais que je perds tout le monde en chemin x)

En bref, quand on parle de bisexualité, de genres, d’amour à BiCause, on ne reste pas sur le seul terrain de la sexualité, de l’acception de soi, du rejet de la société… On aborde des sujets bien plus vastes et riches que ça. Cela vient aussi du fait qu’on a des membres vraiment très différents, avec chacun leurs expériences, leurs différences. Personnellement, tout ça m’aide beaucoup à comprendre, à me comprendre. Il y a une ouverture d’esprit au sein de BiCause que je n’ai pas retrouvée ailleurs. Et c’est ce pourquoi je m’y sens bien, du haut de mon mètre soixante et de mes presque-21 ans. En plus, il n’y a pas de présupposé gênant là-bas. Pas besoin de préciser « au fait, je suis pas homo mais bi« , ça coule de source et c’est quelque chose que je ne retrouve nulle part ailleurs, forcément.

Je me rends compte que je viens de faire un article sur BiCause sans avoir pris le temps de parler « définitions ». Parce que c’est suffisamment mal-connu pour qu’elles soient nécessaires… Je pense que je reviendrai là-dessus dans un article à part, je ne vais pas commencer à tout mélanger sinon ça va être le bazar. En tout cas, j’encourage réellement les bi de la région parisienne à venir lors de ces soirées et à adhérer à BiCause ! Et même si vous êtes en province, c’est possible quand même ! Que ce soit pour être « simple adhérent » ou pour aider BiCause, on a besoin de bras, et ce un peu partout. Il vous suffit de prendre contact avec l’association via le site internet. Plus on est nombreux et plus on a de moyens et on est légitime aux yeux des autres !

Je vais m’arrêter là, j’espère que cet article aura été un peu utile. Je vous souhaite une très bonne journée et à très vite pour un prochain article !

Tu aimeras peut-être

4 comments

DDC 14 janvier 2015 - 23h 57

Salut Cordélia! Il me semblait bien qu’il y avait un article sur cette asso quelque part sur ton blog. x) J’hésite depuis quelques semaines à aller à une des réunions de bienvenue de la Bicause, mais je n’ose pas vraiment car j’ai peur de ne pas me sentir du tout à l’aise ni à ma place. Pourtant ça me ferait du bien de me trouver dans un milieu non-hétéro, ne serait-ce que pour avoir quelqu’un à qui parler qui puisse me comprendre, mais en réalité je ne sais même pas avec certitude quelle « étiquette » me donner, et puis c’est un peu intimidant d’y aller seule, surtout si la moyenne d’âge est un peu plus âgée… Et je ne me vois pas vraiment traîner un pote hétéro ! Est-ce que tu penses que je devrais prendre mon courage à deux mains et y aller quand même, ou bien est-ce que tu aurais un conseil à me donner, pour sortir un peu de mon milieu hétéro ? C’est pas que je veuille absolument évoluer dans un milieu LGBT mais c’est vrai que je ressens un peu ce besoin de pouvoir parler avec des gens qui comprennent ce que je vis… c’est assez nouveau pour moi, et je ne sais pas trop comment m’y prendre pour faire ces rencontres là ! Bref voilà, comme tu postes régulièrement des articles sur la cause LGBT je me permets de te demander ton avis :) J’en profite pour te remercier de tes articles, bonne continuation !

Reply
Cordélia Reid 15 janvier 2015 - 0h 03

Oui il y a ça sur mon blog :p
Tu as quel âge dis moi ? Parce que je suis aussi au MAG, c’est pour les jeunes de 15 à 26 ans LGBT et on est en train de monter une commission pour les bis, pour organiser des petits apéros sympas entre bi, regarder des films et sortir aussi un peu ^^ Et aussi aller aux réunions de Bi’cause à plusieurs ^^ Sinon le MAG, ce sont des permanences le mercredi, vendredi et samedi (moi j’y suis le samedi) où on accueille les jeunes gens pour les rassurer, les écouter et surtout pour se faire des amis ! C’est sur qu’il y a beaucoup plus d’homo, d’où notre idée de créer des moments conviviaux spéciaux pour encourager les bis & + à venir.
Je pense qu’aller à Bicause seul, ça peut être déstabilisant, mais ça peut aussi bien se passer. Je te proposerai bien d’y aller avec toi, mais c’est vrai qu’en ce moment en semaine je ne suis pas dispo.
Donc voilà surtout hésite pas à m’envoyer un mail si tu veux qu’on en discute, et si tu veux venir au MAG, tu peux me dire quand est-ce que tu y vas et je pourrais te parler un peu de qui tu trouveras selon les jours et puis de ce qu’on y fait tout ça :)
Bonne soirée !

Reply
Camille 6 mai 2014 - 13h 56

Héhé, en ce qui me concerne, cette réunion au sous-sol du Banana Café en 2011, ça m’a un peu traumatisée :mrgreen: . Mais bon, en même temps, j’avais encore jamais fait mon coming out à qui que ce soit à l’époque, et la moyenne d’âge du truc n’était pas propice pour mettre à l’aise =P. Et puis c’est pas trop mon trip de trainer en milieu LGBT, donc bon ^^.

Reply
Cordélia Reid 6 mai 2014 - 14h 36

Oui c’était bizarre à l’époque x) Enfin maintenant ça me dérange plus et j’aime bien trainer en milieu LGBT ;)

Reply

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Ok En savoir plus