Accueil » Perso » TV, Ciné, JV » Bref, j’ai enfin vu la Vie d’Adèle

Bref, j’ai enfin vu la Vie d’Adèle

by Cordélia

Bonjour à tous et à toutes !

Aujourd’hui je vous parle de ZE film sur lequel j’avais entendu tout et n’importe quoi. Dont beaucoup de mal. La Vie d’Adèle. Primé à Cannes l’an dernier, c’était un petit peu le film de l’année à ce qu’il paraît. Sauf que voilà, j’en ai tellement entendu parler en mal que ça m’avait un peu refroidi, résultat j’avais plus ou moins refusé de le voir. Samedi soir, je cherchais un truc à regarder, je me suis décidée sur ce film. Pour enfin me faire mon avis.

Je suis plus que mitigée.

Il y a des tas de choses bien, mais des tas de choses pas bien aussi. Je vais éviter d’aller sur le terrain « le réalisateur a dit ça, il a eu tel comportement, l’actrice a dit telle chose de pas correct sur les lesbiennes… » sinon ça va m’énerver. Je vais en rester au film. Je n’ai pas lu la BD Le bleu est une couleur chaude dont le film est tiré [EDIT : je le fais juste ici], mais j’ai bien envie de le faire maintenant, ne serait-ce que pour voir les différences. Je n’ai fait que lire le synopsis sur Wikipédia pour le moment et j’ai déjà envie de pleurer donc je pense que ça va me plaire. Plus que le film en tout cas.

Vous avez forcément entendu parler de la Vie d’Adèle. Sauf peut-être si vous vivez au fin fond de la Creuse, et encore… C’est l’histoire d’une adolescente, Adèle qui sort avec un garçon plutôt mignon au lycée. Sauf qu’un jour, elle croise une fille aux cheveux bleus dans la rue et elle n’arrive pas à s’enlever cette fille de la tête. Un soir, elle sort avec un de ses amis dans un bar gay et elle y retrouve cette fille. Elle décide de ne pas rater sa chance et essaye de la suivre dans un bar lesbien. Elles deviennent plus ou moins potes et c’est le début d’une grande histoire d’amour. Le film s’étend de la vie d’Adèle en classe de première jusqu’à… on ne sait pas vraiment, mais elle est bien adulte quand le film se termine.

C’est un film très long (3 heures…) réalisé par Kechiche avec Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos respectivement dans les rôles d’Emma et Adèle. Le film est interdit aux moins de 12 ans en France, aux moins de 17 aux Etats-Unis. Il a remporté des dizaines de prix l’an dernier, dont la fameuse Palme d’Or à Cannes. Je vous laisse regarder la bande-annonce.

Maintenant, je vais vous faire ma review du film en vous expliquant ce que j’ai aimé et ce que j’ai moins aimé. Attention, ça va spoiler !

Ça commence plutôt bien avec un long moment centré sur Adèle. On sent dès le début que le film va être lent, mais je savais à quoi m’attendre alors j’ai pris mon mal en patience. J’ai eu l’impression qu’il y avait pas mal de scènes inutiles au début, notamment tous les plans sur Adèle qui dort la bouche ouverte. Je ne sais pas pourquoi, mais le réalisateur semble avoir une fascination pour cette image et franchement, c’est lassant. Mais passons. Adèle est en première L, elle a des copines qui ont l’air bien relous (même si celle avec la frange est mignonne) et ces fameuses copines lui disent toutes excitées qu’il y a Thomas, un terminale S qui n’arrête pas de la mater. Du coup forcément, Adèle se dit que peut-être… Bon alors déjà là, les conversations des amies… je ne sais pas comment c’est dans la BD, mais moi au lycée, aucune fille ne parlait de « niquer le 4e jour » en première. Je ne sais pas si on était toutes les coincées, mais on était un peu plus romantique que ça. Mais admettons que j’ai été une coincée.

Adèle finit donc par sortir avec Thomas, mais on sent quand même un désintérêt évident de sa part. Un jour où elle doit sortir avec lui, elle croise une fille aux cheveux bleus dans la rue. Une fille dans les bras d’une autre fille. Là, c’est vraiment « le coup de foudre comme dans les films ». Pour le coup, c’était un moment vraiment beau. Ce moment où elles se retournent l’une sur l’autre.

Et c’est là aussi que je me suis dit « putain Léa Seydoux est une bombe ! », mais c’est une autre histoire.

A partir de ce moment, on peut dire que le film commence. Adèle ne va pas arrêter de penser à cette fille, à s’imaginer des trucs avec elle et pour le coup, c’est très réaliste ! Adèle couche avec son mec pour essayer de se sortir cette fille de la tête et le résultat n’est pas brillant. D’ailleurs pendant la scène de sexe, je suis la seule à avoir remarquer que le type n’avait pas de capote ? Oui, je sais c’est pas pour de vrai, bien sûr, mais enfin ils sont au lycée ! C’est un détail de merde, mais moi c’est la première chose à laquelle j’ai pensé en voyant cette queue passer en mode furtif. Ou alors j’ai mal vu… Bref passons.

Donc la technique d’Adèle ne fonctionne pas vraiment, en plus une de ses copines de classe l’embrasse « pour rigoler » et elle croit que y a moyen d’avoir plus. Sauf que non, sa copine n’est pas intéressée. Je me suis sentie vraiment super mal pour elle… La pauvre quoi. Et puis sa pote est vraiment stupide ! Entre temps elle largue son mec. J’ai beaucoup aimé ce moment, parce qu’on voit une larme couler sur la joue de monsieur. Oui, les garçons pleurent. Adèle est perdue et elle mange du chocolat.

A ce moment-là, je ne m’ennuie pas vraiment mais je n’attends qu’une chose : que Adèle revoit sa meuf aux cheveux bleus ! Finalement c’est le meilleur pote d’Adèle, Valentin, qui l’amène avec lui dans un bar gay. Pour le coup, on ne comprend pas bien ce qu’il se passe. C’est bien parce que Valentin n’est pas du tout un stéréotype d’homo et qu’avant de le voir embrasser un mec, je n’avais pas capté cet aspect du personnage. Ce qui est bizarre par contre, c’est de voir Adèle si surprise alors qu’il… bah il l’a quand même emmenée dans un bar gay ! Elle savait à quoi s’attendre, non ? Et plus tard au lycée, on comprend que tout le lycée est au courant de son orientation sexuelle. Je n’ai pas compris. Mais bref, je continue.

C’est là qu’Adèle voit des cheveux bleus au loin. Elle regarde son pote danser, elle regarde sa schtroumpfette partir, elle regarde son pote danser, elle regarde la nana… et elle la suit ! Enfin ! Pour le coup, elle en a dans le pantalon la miss, parce qu’il faut oser ! Résultat, Adèle se retrouve dans un bar lesbien. J’avoue ne jamais être allée dans un bar lesbien très tard le soir, mais j’ai trouvé que ça faisait un peu étalage de filles qui s’embrassent… Mais admettons. Adèle est complètement paumée dans ce bar, on se demande si elle ne va pas s’évanouir et elle regarde les filles en mode « je suis choquée ». D’ailleurs je m’attendais presque à voir une des filles qu’elle regardait se tourner vers elle et lui demander si elle ne voulait pas des jumelles. Malheureusement ce n’est pas arrivé et au bout de dix minutes, Adèle s’assoit enfin au bar en matant la schtroumpfette pas du tout discrètement. Heureusement pour elle, la schtroumpfette la mate aussi et elle vient même lui parler.

Là, elles étaient cute comme tout, j’ai bien aimé cette première conversation tout simple, mais tellement « vraie ». La schtroumpfette s’appelle en fait Emma et elle est aux Beaux-Arts. La classe, moi aussi je veux une nana comme ça. Mais Emma finit par se casser avec sa meuf et Adèle se tire vite fait du bar, il est minuit et Cendrillon doit rentrer chez papa et maman. On ne sait pas combien de jours plus tard, on retrouve Adèle à la sortie du lycée, Emma est là. Là, je sautille de joie. Par contre les potes d’Adèle trouvent ça bizarre, mais Adèle s’en fout sur le moment.

Le lendemain, on lui demande ce que faisait cette fille aux cheveux bleus que personne connait et pourquoi elle est partie avec elle. Et là, c’est le drame. Autant pour Adèle que pour le film. Mais WTF ?! Scène d’homophobie, ok. Et ta meuf, elle a la chatte bleue ? … Je n’ai pas compris ce que cette scène faisait ici. Bon, qu’elles insultent Emma qui a vraiment « l’air d’une lesbienne », je veux bien. Mais la dispute monte direct dans les « c’est toi la lesbienne Adèle ». En plus Valentin qui est gay à l’air d’être bien accepté… Je n’ai pas compris. En plus c’est la seule scène de tout le film (qui dure pourtant trois heures !) où on voit des comportements homophobes. Du coup, ça fait cheveu sur la soupe, ces meufs réac, on ne les revoit plus jamais et donc ça ne sert à rien.

Ce moment en lui-même aurait pu être intéressant s’il n’était pas sorti de nulle part.

A partir de là, Adèle et Emma se rapprochent vraiment. Leur premier baiser est mignon comme tout et… c’est encore le drame. La scène de cul. Que dis-je ? L’une des scènes de cul. Et oui, je dis cul et pas sexe, parce que pour le coup, c’était pornographique. Sérieusement, c’était HYPER LONG ! Mais vraiment ! Et pas DU TOUT réaliste pour une première fois. J’ai eu l’impression de voir le petit kamasutra lesbien illustré. Sans déconner, il y avait des positions que je ne connaissais même pas ! Ce n’était pas sensuel, ce n’était pas beau, c’est mécanique et sans saveur. Alors oui, deux femmes peuvent baiser brutalement, mais ça ne collait pas du tout aux personnages. Je me suis sentie super mal pour les actrices, elles se sont retrouvées à tourner un porno ! Et il n’y a que moi que ça choque de voir une gamine de 16 ans avec une épilation intégrale ? C’était des prothèses, ça coutait quoi de mettre un petit minou tout mignon ?

Je ne suis jamais contre voir un sein ou deux, mais là ce n’était plus possible. Et pour le coup, ça faisait vraiment… « sexe lesbien filmé par un homme pour les hommes ». Heureusement il y a eu un moment super tendre à la fin. Je pense qu’on aurait pu couper tout le porno avant pour ne garder ce moment.

Le pire, c’est que ces scènes se répètent. Presque comme si on résumait les débuts de leur histoire à des bisous sur un banc avec un rayon de soleil derrière et à du cul. D’ailleurs parlons-en des bisous… C’était vraiment trop mis en scène par rapport au reste du film. Et c’était long… long… long…

Ensuite on a eu droit à « Le temps passe« . Puis à des scènes chez les parents de chacune des filles (accompagnée à chaque fois d’une scène de cul…). J’ai bien aimé cette confrontation avec les parents. Voir à quel point Adèle et Emma venaient de milieux différents, les parents d’Emma étant très ouverts et acceptant totalement leur fille lesbienne quand ceux d’Adèle ne sont même pas au courant. Ce moment gênant entre Adèle et Emma à table avec les parents d’Adèle est vraiment intéressant et m’a beaucoup marqué. Là, c’était bien. Mais c’est vraiment dommage qu’après ils disparaissent de la circulation. On comprend qu’Adèle a rompu le contact avec eux, mais on aurait quand même pu virer une scène de cul pour mettre une petite confrontation !

J’ai aussi beaucoup aimé la scène de la Marche des Fiertés (Gay Pride). Elles sont super mignonnes et pour le coup, c’est un moment que je trouve important. Voir Adèle sortir au bras de sa copine en se foutant des autres parce que de toute manière, elle est perdue dans la foule. Même si c’était un peu long (comme toutes les scènes du film), ça valait le coup.

Le temps passe, on découvre Emma avec une nouvelle coupe de cheveux et Adèle qui fait la classe dans une école maternelle avec Benjamin Siksou en guise de collègue. J’étais jalouse. Emma et Adèle vivent ensemble, Adèle fait de la peinture, elle essaye d’exposer mais ça ne marche pas trop. Cette partie du film est passée vraiment super vite contrairement à la première. En fait, il ne se passe pas grand chose, on a de très longues scènes qui s’étirent vers l’infini et au-delà. Je ne me suis pas ennuyée, mais ça aurait été plus court, je ne m’en serais pas plainte pour autant.

Adèle s’ennuie, fait un peu la bonniche, Emma ne s’occupe pas vraiment d’elle et est toujours fourrée avec ses collègues artistes. C’est dommage que leurs différences n’aient pas été davantage soulignées. Pour le coup, Adèle n’est vraiment pas une fille super cultivée, ni dans le vent comme Emma. Et c’est ça qui pèche. Je l’ai compris en extrapolant, mais c’était bizarrement présenté dans le film.

Finalement Adèle craque de se rapproche de son collègue sexy aka Benjamin Siksou (on la comprend…). Longue scène de danse dans un bar, très longue… Mais plutôt appréciable. Pas de scène de cul, comme c’est étrange… Mais on comprend qu’elle trompe régulièrement sa compagne avec ce mec. Le temps passe encore et vient le moment où Emma découvre la vérité. C’est le drame. Pour Adèle et pour le film (encore une fois).

Encore une fois, ça manque de complicité, comme pour les scènes de sexe. Les dialogues sont bizarres. Pour le coup, je trouve qu’Emma a une réaction crédible, mais je n’arrive pas à comprendre celle d’Adèle qui se pose en victime. C’est long, encore une fois c’est très long et à la fin je me suis dit « okééééééééééé et maintenant ? » . Cette scène aurait dû être forte, elle est super importante ! Mais ça finit en eau de boudin…

Adèle est déprimée et on la comprend. Je me suis demandée où le film allait, ce qui allait bien pouvoir se passer. J’imaginais qu’elles allaient finir par se remettre ensemble. Le temps passe et je me suis fait chier. On en arrivait à 2h30 de film et j’avais vraiment envie que ça se termine. En bien ou en mal.

Enfin, Adèle et Emma se revoient. Elles parlent un peu, on sent le malaise. Pour le coup, j’étais suspendue à leurs lèvres. Ce film est vraiment inégal, c’est frustrant. Il y a des scènes fantastiques et d’autres qui vont tuer le film et tout gâcher. En tout cas, ce moment dans le café m’a beaucoup plu. Même si je n’ai pas compris le moment où elles se jettent l’une sur l’autre (DANS UN LIEU PUBLIC !). Et vas y que je te mets la main sous la jupe et que je te bouffe la langue… Un peu de tenue ! Elle fait quoi la serveuse ?! Heureusement ça retombe, Emma se reprend. Et là… là j’ai pleuré.

Emma n’avait pas le droit de ne plus aimer Adèle ! C’est vraiment trop pas juste ! Je ne voulais pas que ça se termine comme ça. Et en même temps, c’était encore plus beau. Là, il y avait de la magie, dans ce « tu ne m’aimes plus ? » et c’est tellement dommage que le reste du film n’ait pas été à la hauteur…

Ça aurait dû se terminer là.

Sauf qu’en fait non. Il y a encore des minutes de films. Bien WTF pour pourrir la scène merveilleuse qui venait d’avoir lieu. Elles se revoient au vernissage d’Emma, Emma est avec sa nouvelle compagne. C’est horrible pour Adèle. Et là, elle revoit un type avec qui elle avait eu un petit feeling lors d’une soirée qu’elle avait donné avec Emma bien des années avant. J’ai cru que le film allait finir sur une ouverture entre ces deux-là, ça n’aurait pas été mal. Sauf que. Bah non. Histoire avortée. Adèle s’en va et on la voit s’éloigner dans sa robe bleue.

Voilà, j’ai vu La Vie d’Adèle, ça ne va pas changer ma vie et je risque de l’oublier assez vite. Au fond, c’était un chouette film et j’ai passé un bon moment. Le problème est qu’il y a trop de détails décevants. Ça fait du bien de voir un film centré sur l’histoire de deux femmes et un film qui ne soit pas sorti dans 15 salles voire même sorti directement en DVD… Mais ce n’est certainement pas le meilleur film d’amour féminin que j’ai jamais vu. Je ne sais pas si ça méritait vraiment une Palme d’Or, mais c’est comme ça. Je me demande comment est la BD, il paraît qu’elle est excellente, je la lirais prochainement et je vous donnerai mon avis.

Et vous ?

Vous avez vu La Vie d’Adèle ? Qu’en avez-vous pensé ? Vous avez aimé ou détesté ? N’hésitez pas à laisser votre avis en commentaire !

Tu aimeras peut-être

30 comments

Mila 3 juin 2018 - 21h 53

Le film aurait pu être pas mal mais franchement les scènes de sexe sont de trop….elles sont trop longues et n apportent rien au film …. les scènes sont trop crus …. c est du porno dans un film plein de sensibilité … je ne suis franchement pas coincée mais les scènes mettent mal à l aise … chapeau aux actrices qui ont dû rejouer ces scènes plusieurs fois je suppose devant un parterre de techniciens … maquilleurs et autres… bref mon avis est très mitigé …

Reply
Calou 4 avril 2017 - 0h 09

Je suis d’accord sauf avec 2 choses la première c’est que les scènes sexuelle même marier depuis 2 ans ou même 2semaine ca peut se passer comme sa ca dépend du « délire » de la personne on va dire et aussi la remarque sur le minou épiler intégrale mdrrr j’ai pas compris à 13ans j’étais déjà complètement épiler, j’ai vraiment pas du tout compris la ? Et j’ai détester la fin sérieux!

Reply
Béres 24 mai 2016 - 15h 39

je suis assez d’accord ds l’ensemble ,sur les bonnes et mauvaises critiques de Mlle Cordélia
Cependant ,j’ai aimé les scènes de « cul » et je ne suis pas spécialement une bête ni une accroc de ce type de scene de sexe ! la seule critique que je puisse faire ,c’est que oui ,pour la première expérience d’Adèle avec une fille , c’est de l’ordre de l’impossible donc du virtuel ! je ne pense pas qu’une 1ere expérience ,même si le désir est très fort ,se déroule ds de telles conditions ,comme si Adèle avait déjà eu une dizaine d’expériences de ce type et qu’elle avait la trentaine qd elle n’a pas 18 ans et qu’on suppose bien que sa vie amoureuse et sexuelle n’en est qu’à ses prémices
Cependant ,je ne trouve pas ces scènes choquantes mais plutôt tendres et esthétiques ,on sent qu’elles sont accroc et que cet amour est passionnel

Reply
Lola 26 avril 2016 - 21h 10

Coucou j’ai vu le film mais en fait je ne comprends vraiment pas trop la fin … c’est une chute inattendue qui m’a complètement perturbée et déçue par la même occasion puisque je m’attendais à une espèce de « happy end » et finalement non ? Ou peut être oui? Je sais pas j’ai du mal avec cette fin …

Reply
Béres 24 mai 2016 - 15h 48

mais justement , tout reste a imaginer et c’est a toit de te faire ta suite ! c ce qu’on appelle une fin « ouverte » sur une multitudes de possibilités et c’est tout l’intérêt de ces nombreux films ou il n’y a pas de « fin » définitive ; rien n’est jamais définitif en ce qui concerne la vie et c le propos du metteur en scène ; la vie est fluctuante ,tout peut changer du jour au lendemain comme ds le réel ….laisse aller ton imagination et imagines toi la » fin » que tu aimerais , les happy end sont un peu dépassés , ils ne durent svt qu’un temps ….

Reply
Habiee 20 octobre 2015 - 23h 18

J’estime les scènes de culs essentielles et bien logiques du à leur longueur car elles sont en coalition avec la psychologie d’Adèle qui doit sûrement souffrir d’un besoin constant d’affection, tendresse, d’un homme ou d’une femme. Si on remarque bien, elle est très portée sur ça, un peu comme une drogue mais comme elle a eu le coup de foudre pour Emma. C’est les relations dans toutes leurs doses avec cette dernière qu’elle convoite autant. Pour ce qui concerne la longueur du film, je la juge un tantinet excessive, mais le fait de rajouter une scène supplémentaire après celle du café est essentielle, car si on se serait arrêté à la scène du café, c’est comme si ça symbolisait une fin à leur histoire, alors que leur histoire ambiguë n’a pas de fin réel. Elles seront toujours liés sentimentalement. Il y a eu pas mal de scènes fortes, leur coup de foudre, leur premier baiser attractif, la scène du café et également celle ou Adèle part nager au loin, on essaie inconsciemment de dénicher ses pensées alors qu’elle est fictive. C’est un peu une des forces du film. Il y a avant tout des petits bémols, tel que l’avancée du temps pas assez méticuleuse, et Adèle aurait du encourager ses élèves ne fusse qu’une fois de plus. Je l’ai estimé un peu stricte. Pour les dialogues, le vocabulaire est adapté. Lorsqu’on est instinctif on a pas tendance à employer de grands termes et lorsqu’on s’exprime sur un sujet qui nous passionne les termes plus sélectifs, appuyés viennent naturellement. C’est leur jeu d’acteur qui fait la puissance du film. Le fait, qu’un film nous obsède, chiffonne en un point fait de lui un chef d’œuvre. Le personnage principale est plus qu’obsédant mais captivant, s’amuser à essayer d’éclaircir l’esprit d’Adèle tout au long. C’est ça qui est marrant et donc lorsqu’on ressent cette allégresse, on ne peut que valider. Si ce film est un art, il serait abstrait et l’abstrait est expressif, non représentatif. Si on le regarde sans cette dose abstraite, l’effet de magie perd de sa stupeur. Pour apprécier ce film, il faut se concentrer sur les expressions, les actes, termes du personnages principale. Bon film. ( trois siècles, après sa sortie ainsi que celui de l’article, :) …)

Reply
pauline 26 juin 2015 - 12h 24

Autre erreur: Lorsque Emma peint Adèle nu avec la cigarette,dans le premier blanc il n’y a pas de fumée qui sort de la cigarette et dans le deuxième il y en a.

Reply
pauline 25 juin 2015 - 22h 49

Je suis à même pas 40 minutes du film et j’ai déjà envie de taillader la langue d’Adèle! Non mais sérieusement,ok,c’est pour donner un style au personnage,mais c’est saoulant à la longue! J’espère que la suite sera mieux…

Reply
Rose Lune 29 mai 2014 - 19h 33

Salut !
J’ai trouvé le film sympa et pas si long en fait. On m’avait dit que la scène de sexe était trop longue et qu’elle n’avait pas d’intérêt à l’être, mais je n’ai pas eu cette impression, car elle a un rôle important dans la vie d’Adèle (comme dormir la bouche ouverte mdr). Après, je n’y connais pas grand chose aux relations sexuelles entre femmes, mais j’ai trouvais ça très énergique et varié. Ça a l’avantage de montrer le contraste avec sa relation hétéro où elle semblait s’ennuyer, mais c’est vrai que ça n’a pas l’air de ressembler à la réalité. A part ça, la fin est assez triste et ça aurait pu s’arrêter à leurs retrouvailles dans le bar. Ce qui est bizarre dans ce film, c’est que certains passages semblent très représentatifs de la réalité alors que d’autres non. Enfin, dans l’ensemble j’ai bien aimé. Quels sont les autres films du genre que tu as aimé ?

Reply
Cordélia Reid 29 mai 2014 - 23h 57

Dormir la bouche ouverte xD Toi aussi tu as remarqué xD
énergique et varié, pour le coup oui ça l’était… mais ça n’était vraiment pas « première fois ». Oui ça peut être comme ça une relation entre femmes, mais une gamine de 16 ans qui n’a connu qu’un garçon avant ne fait pas ça je pense, et même Emma ne l’aurait pas brusquée de cette manière. Je ne sais pas, c’était vraiment ultra gênant.
Pour les autres films du genre, je ne n’ai pas vu des masses mais j’ai bien aimé Tomboy, Romeos (j’avais fait une critique dessus), Boys don’t cry (attention on pleure toutes les larmes de son corps avec celui-là…), Week-end (vraiment très beau), Imagine me and You (<3), Le Secret de Brokeback Mountain bien sûr, Shelter même si je m'en souviens pas beaucoup, Notre paradis (encore un film pour pleurer), Summer Storm vague souvenir et 2 garçons, 1 fille, 3 possibilités que j'avais beaucoup aimé.
Entre autre xD

Reply
Rose Lune 30 mai 2014 - 17h 24

OK merci pour la liste. En film d’homosexualité féminine je n’avais vu, avant celui-ci, que Les filles du botaniste, que j’aime beaucoup. Sinon, un autre film sur la vie de quelqu’un et que j’ai adoré, c’est Laurence anyways (sur la transidentité).

Reply
Cordélia Reid 30 mai 2014 - 17h 25

De rien, je vais jeter un oeil à ceux dont tu parles et que je n’ai pas vus ^^

Reply
Emy 29 mai 2014 - 14h 29

Super lecture j’ai bien aimé ton article :).

Comme tu dis, tout n’est pas à jeter (perso ce que j’ai préféré n’est la confrontation des deux mondes, celui d’Emma pseudo ouvert mais finalement très superficiel et intolérant quand il s’agit d’appréhender ceux qui sont communs, dans la norme, et celui d’Adèle, plus simple, plus brute, mais plus authentique) notamment Benjamin Siksou et les premières scènes de rencontre entre Adèle et Emma que j’ai trouvées très jolies. Mais globalement j’ai pas aimé comment c’était filmé, j’ai pas aimé la brutalité avec laquelle c’était tourné, cette espèce d’intrusion dans la vie d’Adèle et mon dieu ces scènes de cul…
D’ailleurs ça m’a fait marrer et plaisir de lire ce que tu dis à propos d’une première fois lesbienne. Ne l’étant pas, du coup je sais pas comment ça se passe, mais j’me suis dit que j’étais vachement plus gauche et maladroite et… traditionnelle (XD) à ce moment là. Et pareille, le corps tout dépoilé comme une actrice porno, ça m’a fait bizarre à côté du réalisme de toutes les autres scènes.

Bref, un film que j’ai trouvé trop cru à côté de la délicatesse de la BD. J’ai hâte de lire ta critique :).

Reply
Cordélia Reid 29 mai 2014 - 23h 51

Oui c’est vrai que c’était sympa la confrontation entre les deux mondes des perso. Et le tout début de leur relation.
En tout cas une première fois… c’est jamais comme ça, j’y crois pas une seule seconde xD Dans la BD c’est assez différent, c’est plus tendre et timide, même si oui, elles font pas mal de trucs.
Merci pour ton commentaire chouchou ^^

Reply
Lebonbonaucassis 29 mai 2014 - 12h 41

Moon dieu c’est là que je me rend compte que NON je n’ai jamais vu La vie D’Adèle ssaacrilège … :(

Reply
Cordélia Reid 29 mai 2014 - 12h 45

Ce n’est pas grave, le monde s’en remettra xD

Reply
axelle57 29 mai 2014 - 12h 14

Lis la BD. Elle est vraiment mieux. Et je ne regarderai pas le film. La BD est trop belle pour que j’en gâche les émotions qu’elle m’a données avec ce film qui s’en éloigne trop.

Reply
Cordélia Reid 29 mai 2014 - 12h 35

J’ai lu la BD hier ! Elle est vraiment géniale c’est sur :D

Reply
Dame de Coeur 29 mai 2014 - 2h 23

Très bonne critique, ça fait plaisir de voir que je ne suis pas la seule à trouver que le film n’est pas bon à jeter du début à la fin. Je suis d’accord que les scènes de sexe sont du grand n’importe quoi, c’est finalement le plus dérangeant parce que pour une fois qu’un couple de femmes fait l’objet d’un film aussi médiatisé… il faut qu’on donne cette image là des relations lesbiennes, c’est dommage. C’est vrai aussi que pas mal de détails dérangent (carrément d’accord pour la scène en public dans le bar, WTF xD), personnellement je ne suis pas séduite du tout par Léa Seydoux mais Adele en revanche sauve le film à mes yeux. Finalement, en dépit de ses défauts, j’en suis sortie avec une bonne impression générale et beaucoup d’affection pour le personnage d’Adèle (beaucoup moins pour celui d’Emma)…
Merci pour ta critique et merci à Camille pour les suggestions de film ! :)

Reply
Cordélia Reid 29 mai 2014 - 8h 15

Voilà j’ai tout mis dans un seul commentaire ;) à ouais tu as préféré Adèle ? Moi je la trouvais un peu trop… brute, dans la manière dont elle était filmée notamment. Je préférais Adèle qui faisait plus « je suis un personnage d’histoire romantique ». Et puis c’est vrai que ça me rappelait un peu le milieu dans lequel j’étais à la fac.
Merci pour ton commentaire ^^

Reply
Imen 28 mai 2014 - 17h 24

J’ai lu la BD, c’est un livre vraiment magnifique et je te le conseille vivement.
Le film, j’ai pas du tout accroché… J’ai regardé la première demie-heure et j’ai trouvé ça terriblement ennuyant…
Et puis, les scènes de sexe… Comme tu dis… C’est vraiment lassant.
Comme film lesbien je te conseille « Lost and Delirious », un film vraiment magnifique qui en vaut le détour avec Piper Perabo. Avec la même actrice, il y a également la comédie romantique lesbienne « Imagine me and you » qui est superbe aussi.

Reply
Cordélia Reid 28 mai 2014 - 17h 35

Oui en fait je l’ai lue hier soir mais je n’ai pas modifié mon article qui était prêt depuis assez longtemps x)
Merci pour les conseils de films, je vais regarder ça :3

Reply
Camille 28 mai 2014 - 19h 57

« Lost and Delirious », évite de regarder ça si t’es déprimée, et prévois des mouchoirs à côté ! Mais c’est un film magnifique, et j’adoooore Piper Perabo ! Qui est d’ailleurs à tomber dans « Imagine me and You » <3. Y a aussi Lena Headey dedans, aussi (c'est l'actrice qui joue Cersei dans GoT, je sais pas si tu regardes), elles sont juste à croquer !
Ah, et si tu veux du gros craquage WTF, y a D.E.B.S., j'ai trouvé ça très marrant et très chou ! (Même si ça reste du moins gros craquage que "But I'm a Cheerleader", qui, pour le coup, est vraiment vraiment vraiment n'importe quoi XD).
Comme quoi, y a de tout dans les films lesbiens o/.

Reply
Cordélia Reid 29 mai 2014 - 23h 49

D’accord merci pour les conseils Camille ! Imagine me and You je me souviens maintenant que je l’avais regardé sous ton conseil (Camille) ! Par contre les autres non, pas encore ;)

Reply
Virginie 28 mai 2014 - 13h 40

Bien qu’un peu long au niveau des quelques scènes inutiles comme tu l’as bien dis, j’ai adooooré ce film <3

Reply
Cordélia Reid 29 mai 2014 - 23h 48

Oui dans l’ensemble ce n’était pas si mal !
Merci pour ton commentaire ^^

Reply
Camille 28 mai 2014 - 13h 37

J’ai toujours pas vu ce film, alors que ça fait plus d’un mois qu’il traine sur mon PC. A vrai dire, y a eu tellement de critiques mitigées que, si je le regarde un jour, ce sera vraiment parce « faut quand même le voir une fois », histoire de pouvoir se faire sa propre opinion dessus ^^.
M’enfin, de toute façon, j’ai des choses bien plus intéressantes que ça à regarder pour l’instant XD

Reply
Cordélia Reid 29 mai 2014 - 23h 47

Oui peut-être qu’il faut le voir au moins une fois ^^’ mais bon ça va tu ne rates rien ! Par contre la BD est vraiment à lire ;)

Reply
MonEncre 28 mai 2014 - 12h 12

Excellente critique. La BD est un petit bijou. J’ai préféré ce roman illustré au film.

Reply
Cordélia Reid 29 mai 2014 - 23h 47

Oui j’ai pu lire la BD peu après avoir écrit cette critique et elle est vraiment géniale :D

Reply

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Ok En savoir plus