Accueil » Littérature » Être lecteur » Challenge littéraire : lectures de février

Challenge littéraire : lectures de février

by Cordélia

Bonjour à tous !

Comme promis, après mon bilan de janvier, voilà mon bilan du mois de février au niveau de mes lectures au mois de février ! Malgré un mois plus court que l’autre, j’ai plus lu. Il y a des livres que je n’ai pas terminés aussi ne les évoquerai-je pas encore. Mais si je les finis en mars, je les présenterai, bien sûr. Vous vous les cite pour la forme : Orlando (Woolf), le Neuromancien (Gibson) et le Silence des agneaux (Harris). Au final, je n’aurais que 7 romans à vous présenter, de seulement 4 auteurs différents parce que j’ai tendance à me faire plusieurs livres d’un même auteur quand j’aime bien un livre. Pour rester dans l’ambiance ! Accrochez vos ceintures, c’est parti !

La Mère de Pearl Buck

Je ne sais pas vous, mais moi j’ai lu Pearl Buck quand j’étais ado et ça m’a beaucoup marqué. La Chine. L’ambiance orientale, la culture totalement différente de la notre… J’avais commencé par Vent d’Est, Vent d’Ouest, mais ce n’est pas vers ce livre que mon choix s’est porté cette fois. La Mère, c’est l’histoire d’une femme. Une femme forte, une mère, une grand-mère. J’admire cette femme qui n’a même pas de nom, j’admire sa force et son courage. Dans l’histoire, en gros, elle élève seule ses enfants dans une Chine traditionnelle. J’adore le côté « autre temps » et « autre pays », le tout dans la campagne profonde. C’est vraiment dépaysant pour le coup. En plus mon livre appartenait à ma mère, il est tout vieux et il sent bizarre, mais je l’aime bien comme ça. Même si les pages se détachent parfois. Je trouve que si on aime la Chine traditionnelle, le côté historique et les femmes fières, ce livre est tout indiqué.

La Terre chinoise

Pour le coup, on est dans la même ambiance qu’avec La Mère. Avec une famille chinoise pauvre, du moins au départ. Et pour le coup, c’est l’histoire d’une ascension. Un homme et sa femme qui quoi qu’il arrive, font tout pour réussir, pour donner à leurs enfants de quoi ils ont besoin et pour qu’ils aient une vie meilleure. Et ça marche. Il y a cette relation entre le mari et sa femme qui est belle et horrible à la fois, parce qu’elle est laide, mais qu’elle fait de beaux enfants. Il y a des hauts et des bas, c’est l’histoire de toute une vie. En Chine. Il y a le poids de la tradition, des origines, de la famille. Et la terre. Pour le coup, ça me fait penser à Autant en emporte le vent, avec l’importance de la terre. Parce que sans elle, la famille n’est plus rien, que quand tout fout le camp, la seule chose qui reste : c’est la terre. La terre chinoise en l’occurrence. C’est vraiment un très bon livre, il y a des suites, mais j’avoue que je ne les ai jamais lues, faute d’avoir pu mettre la main dessus.

Impératrice de Chine

Troisième Pearl Buck et pas des moindres : Impératrice de Chine. On reste en Chine, forcément, mais on est dans la très haute société cette fois. Au plus haut, dans la Cité Interdite avec l’empereur en personne. On suit une femme, de petite aristocratie, jusqu’à la plus haute fonction de l’Etat, à savoir le poste d’impératrice. Je trouve que les femmes de Pearl Buck ont toujours quelque chose en plus. Ce ne sont pas juste des potiches là pour faire joli, même dans le cas d’Impératrice de Chine où on suit quand même une simple concubine parmi des centaines d’autres, choisie pour donner du plaisir à l’empereur. Et pourtant, elle devient bien plus importante que l’empereur. D’ailleurs ce pauvre homme, il me fait vraiment de la peine soit dit en passant. Un très bon livre historique, j’adore, je suis fan. En même temps, l’ambiance chinoise, moi ça me plait toujours.

Le Miroir d’ambre de Philip Pullman

Cela faisait un bon moment que je voulais relire la trilogie de Pullman. En tout logique, j’ai commencé par le dernier tome. Je ne gardais pas un super souvenir de La tour des anges et pourtant en fait après relecture, il est vraiment cool. Mais bref. Cette trilogie est vraiment exceptionnelle, à la fois pour enfants (je devais avoir 8/9 ans que j’ai lu ces livres pour la première fois) et pour adultes. D’abord c’est l’histoire d’une jeune fille, Lyra, qui vit dans un monde parallèle au notre. Et elle se retrouve embarquée dans des histoires qui la dépassent complètement, elle va jusqu’à rencontrer des sorcières, des ours en armure (qui parlent !)… Tout ça avec la figure de l’Autorité qui plane au-dessus d’eux. En gros, il y a des fanatiques qui veulent « protéger » les enfants en les arrachant à leurs dæmons (une extension visible d’eux mêmes, un compagnon pour la vie qui naît avec eux dans ce monde) et tiens on peut faire un parallèle avec l’actualité. Lol. Et cette petite fille voyage, d’abord dans son monde à la recherche de ses origines, puis dans d’autres mondes parallèles où elle va rencontrer un compagnon de route Will. Et ils ont des aventures, bref, je ne vais pas vous raconter tout le bouquin non plus.

A la relecture, je me suis rendue compte que le livre était beaucoup plus profond qu’il en avait l’air. Il y a toute une réflexion sur la religion, sur l’enfance, l’adolescence, le parcours initiatique pour devenir un adulte. Moi, ça m’a beaucoup plu, surtout le passage dans le monde des morts. Et puis la fin, Merlin, la fin… Comment ne pas être traumatisée quand on lit cette fin enfant ? Elle est horrible ! Dans le sens où tu as envie de pleurer toutes les larmes de ton corps parce que ce n’est vraiment pas juste. Si vous n’avez jamais lu la trilogie des Royaumes du Nord, même si vous êtes une grande personne, ça vaut le coup. Même si le tome 1 est un peu enfantin. Et si vous l’avez lu étant gosse : relisez-le ! Vous n’aurez pas du tout le même regard maintenant.

La Tour des anges

Après Le miroir d’ambre, en toute logique, j’ai lu le tome 2. Et je lirais peut-être le tome 1 au mois de mars, qui sait. Ce que j’aime bien dans ce tome, c’est qu’il est très centré sur Will. Quand j’étais gamine, je n’aimais pas trop parce que j’avais vu Lyra tout le tome 1 et d’un coup, il y avait ce type qui débarquait d’un autre monde ! Je n’étais pas très d’accord. Mais maintenant, j’ai grandi, et je me rends compte à quel point le personnage de Will, ce gamin qui n’a rien demandé à personne, est complexe. Il se retrouve dans un autre monde, avec une fille qui lui demande de l’aider, il pourrait la prendre pour une folle, mais il l’écoute et il l’accompagne. Et tout le passage avec la passation du Couteau. Je trouve qu’il y a une sacrée symbolique là-dedans. Je me demande si des études approfondies ont été faites sur cette trilogie, parce que je pense qu’il y a vraiment quelque chose. Aussi au niveau du genre tiens ! Puisqu’on en parle tout le temps. Les rôles de Will et Lyra, ce ne sont pas une fille et un garçon, mais deux enfants, puis ados, puis… presque adultes. Je trouve que c’est très beau, tout ça. Cette saga est vraiment riche et vaut le détour.

Le Père de nos pères de Bernard Werber

Werber, j’ai toujours adoré ses histoires. Je trouve qu’il a une imagination débordante et qu’il trouve toujours un moyen de raconter qui fait que… tu ne peux pas lâcher le livre avant de l’avoir terminé. Le Père de nos pères, c’est sur les origines de l’homme. Le chaînon manquant. Déjà à la base, je trouve ça passionnant. Alors en plus romancé de cette manière. Ce n’est pas la première fois que je lis ce livre et j’avoue que j’étais bien plus intéressée par les flash-backs dans le passé sur – justement – le père de nos pères plutôt que par l’histoire qui se passe à côté. Parce qu’il y a un côté policier, enquête parce qu’il y a une bonne raison de cacher au monde entier comment l’homme est venu au monde, quel a été le déclencheur de l’espèce humaine… La fin – du moins la première fois – je ne m’y attendais pas. Et c’était trop cool. Il y a beaucoup de livres de Werber que j’aime, mais celui-là est particulièrement cool. Et en plus, il est indépendant alors que l’auteur a tendance à faire des longues sagas. Bref, ça aussi c’est cool. En même temps, c’est pour ça que je l’ai relu.

La Cartographie des nuages de David Mitchell

En vrai, je n’avais toujours pas terminé ce livre x) C’est malheureux, mais je me suis arrêtée au milieu et résultat le temps a passé et… je l’avais plus ou moins oublié. Je préfère le film, après c’est vrai que j’ai vu le film avant de lire le livre, d’ailleurs pour un résumé, allez voir ma chronique sur le film, je n’aime pas trop me répéter. Ce qui est bien, c’est qu’on a plus d’infos et de détails que dans le film, on comprend mieux les histoires. Mais il y a certaines choses qui ressortent moins du coup, toutes les histoires sont séparées et on retrouve moins le mélange qu’on a dans le film. L’histoire de Somni est toujours aussi belle, mais celle de Robert perd en intensité (peut-être parce qu’il n’y a pas Ben Whishaw…). J’aime bien, mais c’est un peu longuet et sur la fin j’en avais marre. Je m’attendais à beaucoup mieux.

***

J’ai également lu Chroniques de la fin d’un monde et La Brume dans la maison de Renaud Ehrengardt chez House Made Of Dawn (édition numérique). Pour ce deux livres, je compte interviewer l’auteur lui-même, donc ils font l’objet d’un article à part juste ici. J’en parle seulement ici pour les signaler et vous encourager à aller y jeter une œil, ça vaut le coup. Et en plus c’est pas cher…

Je vous souhaite une bonne journée !  Je vous dis au mois prochain pour ma prochaine chronique mensuelle et puis à très vite pour un nouvel article sur mon blog.

Tu aimeras peut-être

11 comments

mademoizela 5 mars 2014 - 21h 06

Pearl Buck: je ne connaissais pas mais j’ai très envie de découvrir. Orlando de Woolf: je veux le lire. J’adore cette romancière. Bonnes lectures!

Reply
Cordélia 6 mars 2014 - 0h 24

Lis donc, tu me diras ce que tu en penses ^^ Merci :)

Reply
Aux Délices de Pomme 5 mars 2014 - 9h 52

Un beau bilan :) !!!

Reply
Cordélia 5 mars 2014 - 9h 55

Merci beaucoup !

Reply
Ange 4 mars 2014 - 22h 13

Oh la la, Pearl Buck j’avais tenté il y a pas mal de temps, sans succès je dois dire … Peut être que ça passerai mieux maintenant, faudrait réessayer …

Le gros coup de cœur, dans ta sélection du moins, c’est de très loin A la Croisée des Mondes. Comme toi, je l’ai lu gamine, j’avais adoré parce que ça changeais, c’était plein d’aventures et qu’on passait par toute la gamme des émotions. C’est marrant, je l’ai relu récemment et je suis entièrement d’accord avec toi. C’est un univers – des univers ? J’hésite – tellement riche(s), tellement complexe(s) ! Je pense vraiment que des recherches ont été faites à l’écriture, déjà parce que Philip Pullman est un grand auteur, qui semble faire les choses bien comme il faut. Et je doute que tout aurait été si clair, si limpide, sans le moindre travail de préparation.
Toujours est-il que ces bouquins m’ont toujours fait voyager et que je suis agréablement surprise de les trouver ici :)

Reply
Cordélia 4 mars 2014 - 22h 22

Ah oui ? Tu n’aimes pas Pearl Buck.
Au moins, on est d’accord sur la croisée des mondes. C’est cool ça quand même. Pourtant il paraît que Pullman est parti un peu en freestyle au début @_@ Bref bisous <3

Reply
Ange 6 mars 2014 - 0h 40

Bah écoutes ouais, je sais pas … En même temps ce que tu écris dessus me donne envie de le relire, du moins de retenter … J’te dirai si je le fais ^^ Bibiii :)

Reply
ornomore 4 mars 2014 - 19h 37

Que de livres qui me donnent envie !
Waouh !
La Chine… Un pays qui m’a toujours « parlé ».
Merci.

Reply
Cordélia 4 mars 2014 - 19h 44

Eh bien je le conseille de lire Pearl Buck alors ^^Bonne lecture !

Reply
lecture en blog 4 mars 2014 - 17h 27

A la croisée des mondes ! ça me rappelle des souvenirs ! bon mois de Mars

Reply
Cordélia 4 mars 2014 - 17h 31

Merci ! Contente de savoir qu’on a les mêmes valeurs ^^

Reply

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Ok En savoir plus