Accueil » Littérature » Réflexions d'auteur » Faire face aux critiques

Faire face aux critiques

by Cordélia

Bonjour à tous et à toutes !

J’avais dit que je parlerais des critiques dans un article spécial, ce jour est enfin arrivé ! Aujourd’hui, nous allons voir comment faire face aux critiques. Quand je parle de critique, je pense bien évidemment aux critiques qu’on peut recevoir sur nos nouvelles, nos romans et nos écrits en règle générale. C’est valable aussi pour d’autres réalisations : dessins, vidéos, musiques… mais je vais me concentrer sur ce que je connais : à savoir l’écriture.

Des critiques positives, des critiques négatives, des éloges, des insultes, des commentaires vides de sens, vous en avez peut-être déjà reçus. Il y a ceux qui vous érigent en Dieu, et ceux qui vous taillent un short en quelques phrases. Ceux qui font gonfler votre ego, et ceux qui percent sournoisement nos chevilles. Publier ses textes sur Internet : c’est accepter de recevoir des critiques sur ces textes. Il faut en avoir conscience. Certains chouinent quand ils reçoivent des critiques négatives, il faudrait peut-être qu’ils se demandent s’ils font bien de mettre en ligne leur travail. Écrire pour les autres, c’est accepter qu’on nous démolisse de temps en temps. Si la critique négative tuait les auteurs, je peux vous dire que Marc Lévy serait mort depuis très longtemps (désolé pour les fans de Marc Lévy).

Je ne dis pas que je saute de joie quand on me dit que mon texte est nul, qu’il est incompréhensible et/ou mal écrit, mais disons que j’ai appris à me détacher de ça. Un peu. … Bon, je l’avoue, heureusement que je suis derrière un écran, sinon j’aurais déjà tué quelqu’un mais c’est un autre problème ! Mais je sais que ça fait partie du jeu. Parce qu’il ne faut pas l’oublier : tous les goûts sont dans la nature.

Faire face aux critiques négatives

Voir les choses du bon côté

La critique négative est censée pointer les défauts de votre texte, ou les aspects du texte que le lecteur n’a pas aimé. Certes, ça ne fait pas très plaisir d’entendre dire que nos dialogues sont « à chier » ou qu’on « ne comprend pas qui est qui », etc. Néanmoins, il est quand même bon de prendre en compte ces critiques, surtout quand plusieurs personnes vous disent la même chose et pointent la même faiblesse dans ce que vous avez écrit. Réfléchissez ! Peut-être que vos lecteurs ont raison ! Peut-être que c’est le moment pour vous de vous pencher sur certains aspects de votre écriture et de faire attention de manière à corriger vos défauts ! Pour reprendre les mêmes exemples : accorder plus de soin à vos dialogues ou faire attention à bien présenter vos personnes et à rappeler un peu qui est qui de temps en temps. Les critiques négatives sont parfois les plus constructives, ce sont elles qui vont vous aider à vous améliorer !

Se remettre en question

Il est très important de se remettre en question et de ne pas rester sur son petit nuage rose bonbon au milieu des petits poneys qui font caca des papillons. Si vous recevez souvent des critiques positives et que soudainement, vous avez droit à un commentaire assassin où votre lecteur vous explique que vous n’êtes pas le roi du monde et que ce que vous écrivez, c’est banal et sans saveur… Même si sa critique n’est pas constructive et que c’est du lynchage gratuit (ça arrive…), au moins elle aura peut-être eu le mérite de vous ramener les pieds sur terre. On ne peut pas plaire à tout le monde et on n’a jamais fini de progresser dans la vie. Surtout en écriture.

Ne pas s’écraser

Si on vous taille un short par commentaire interposé et que vous estimez avoir des choses à dire pour votre défense : allez-y ! Ce n’est pas parce qu’un commentaire est très négatif qu’il faut éviter d’y répondre, au contraire ! Soyez néanmoins diplomate, reprenez point par point les critiques qu’on vous a faites et expliquez pourquoi vous n’êtes pas d’accord ou demandez d’expliciter tel ou tel point que vous pourriez avoir du mal à comprendre. Essayez de ne pas paraître imbu de vous-même, sinon votre lecteur risque de ne pas répondre ou de commencer à vous insulter parce que vous l’avez pris pour un débile ou pire, que vous êtes trop arrogant. Ne vous écrasez pas, mais soyez humble et respectez votre lecteur. Sauf si son commentaire se résumait à « c 2 la merd azy técri tro mal » , là vous avez le droit de vous lâcher l’ignorer.

Hakuna Matata

Ce mot signifie que tu vivras ta vie sans aucun souci. Cette philosophie s’applique surtout lorsque vous recevez des commentaires négatifs creux. Par exemple « trop nul » , « gé rien compri » , « beurk y a des PD » . Non, ça ne fait pas plaisir de recevoir ça et c’est même plutôt énervant. Ce n’est pas constructif, ces lecteurs n’expliquent pas pourquoi ils n’ont pas aimé, pas compris. Ignorez-les. Ce n’est pas s’écraser, c’est simplement se mettre au-dessus de tout ça. Vivez votre vie, loin des légionnaires de la critique creuse. Vous aurez des commentaires du genre un jour ou l’autre, c’est quasiment obligatoire. Mais il ne faut pas trop s’en préoccuper, c’est un peu le même principe que les spams. Ça fait monter le compteur de commentaires gratuitement.

Faire face aux critiques positives

En profiter sans complexe

Quand vous recevez une critique positive : c’est le moment de faire péter le champagne. Prenez-la, profitez-en, masturbez-vous dessus si ça vous chante. Il faut prendre tout ce qui est positif dans la vie, elle est suffisamment chiante pour qu’on se permette d’accepter les compliments qui nous tombent dessus sans prévenir. Ne jouez pas forcément les faux modestes, ne faites pas comme si vous n’en aviez rien à faire. Bon, n’allez pas jusqu’à poster un statut spécial sur Facebook en l’honneur de votre génie et 10 tweets, mais soyez content ! Et dites à votre lecteur que vous êtes content si vous en avez la possibilité. Il ne faut pas que votre bonheur s’étale sur trois jours, mais accordez-vous une minute d’auto-satisfaction parce que c’est bon pour le moral.

Prendre confiance en soi

Il est important d’avoir confiance en soi quand on écrit. Si vous passez dix minutes à se dire « oh mon dieu cette phrase est trop nulle, il faut que je la réécrive » et « personne ne va aimer, je suis vraiment bon à rien » … autant vous dire que vous n’irez pas bien loin. Il faut apprendre à se faire confiance et les critiques positives encouragent sur cette voie. Normalement plus vous en recevez et plus vous avez envie d’écrire. Prenez ces critiques comme un moteur pour écrire plus et donc progresser.

Identifier ses points forts

Parfois la critique positive va se résumer à « c’était trop bien ! vite la suite ! » et ça ne vous servira pas à grand chose. Mais parfois, vous aurez droit à un exposé détaillé en trois parties, trois sous-parties de ce qui est bien dans votre texte. Et ça, c’est vraiment bon à prendre ! On n’a pas toujours conscience de ses points forts et ce sont souvent les autres qui vont nous les faire remarquer. En sachant dans quel domaine nos lecteurs nous disent qu’on est plus ou moins doué, on peut adapter notre écriture de manière à mettre ce point fort en valeur, ou le laisser de côté pour travailler d’autres aspects de notre écriture. Ça peut être les dialogues, les descriptions, la psychologie des personnages, le rythme, le suspense, l’ambiance, etc… Pour ma part, on me dit souvent que mes personnages sont crédibles, certains allant jusqu’à faire exploser mes chevilles en prétendant qu’on « dirait qu’ils existent pour de vrai » . Résultat, je me donne à fond sur les personnages pour qu’ils soient vraiment top et j’essaye de travailler mes intrigues en ce moment pour espérer faire un jour un combo personnage cool/intrigue cool.

Ne pas prendre la grosse tête

Restez humble, je vous en supplie ne prenez pas la grosse tête. Quand bien même vous recevez 100 commentaires positifs. Parce qu’il faut aussi penser que tout le monde n’ose pas forcément critiquer. Certains pensent qu’il ne faut pointer que le positif. Alors en réalité, vous ne pouvez pas savoir si vos lecteurs ont tout aimé de A à Z. Et c’est aussi pour ça qu’une bonne critique négative de temps en temps ne fait pas de mal !

Faire face au critique (la personne !)

Reconnaître ou non son autorité

Pour savoir comment prendre une critique, savoir si on peut pleurer ou s’auto-congratuler, il est quand même bon de prêter un peu attention à qui écrit la critique. Certains pourront dire que n’importe qui est en mesure de critiquer, mais je dirais que ça dépend un peu. Disons que si Loulou95 qui me dit que j’écris de la merde et qu’elle n’a rien compris à mon histoire, je vais plisser le nez. Alors que si Tolkien revient à la vie sous forme zombie pour me dire qu’il faut que j’arrête d’écrire parce que je suis une honte à la littérature… disons qu’il y a plus de chances pour que j’aille creuser ma propre tombe. On accepte une critique parce qu’on reconnaît l’autorité de la personne qui nous critique. Cette idée peut aider à se placer au-dessus des critiques négatives, mais il faut quand même faire attention. Si vous recevez 20 critiques négatives, pas une seule positive et que vous vous dites « ce sont des gros nuls, je ne reconnais pas leur autorité » … vous avez un petit problème d’ego.

Ne pas s’énerver

Il ne faut jamais s’énerver et attaquer la personne qui vous a critiqué. JAMAIS, c’est compris ? Et surtout pas pratiquer l’attaque ad hominem. Vous avez reçu une critique qui nous vous plait pas, c’est malheureux. Mais n’allez pas pointer toutes les fautes d’orthographe de votre lecteur sous prétexte qu’il a relevé les vôtres et que vous avez été médaille d’argent au concours d’orthographe en CE2. Soyez zen, laissez peut-être passer un ou deux jours avant de répondre à la critique, à tête reposée.

Toute critique est bonne à prendre

Tous les lecteurs ne prennent pas le temps de laisser un commentaire. Les commentateurs représentent une partie infime de votre lectorat, il suffit de comparer le nombre de commentaires au total des vues. Donc si une personne a pris le temps d’écrire un commentaire – même trois mots ! – vous devez le respecter pour ça (enfin je ne parle pas des spams « c tro nul » hein !). Une longue critique négative va faire très mal sur le coup, surtout si elle est détaillée et qu’on se rend compte que l’autre a raison, mais ça veut dire que la personne en face a vraiment pris le temps de l’écrire et qu’elle estime que son temps ne sera pas perdu. Ça m’arrive d’écrire des critiques négatives, même si j’essaye aussi de pointer des choses positives, je prends le temps de le faire et j’espère qu’elles aideront un peu l’auteur à voir ses faiblesses. Pensez-y et mettez-vous à la place de votre lecteur mécontent. C’est aussi pour ça que dans la mesure du possible, il faut répondre aux commentaires.

Et vous ?

Comment réagissez-vous face aux critiques négatives ? Et les positives ? Que pensez-vous de l’importance de recevoir ou non des critiques ? Êtes-vous demandeur de critiques ? Ou préférez-vous ne pas les lire ? N’hésitez pas à partager votre expérience via les commentaires !

Tu aimeras peut-être

22 comments

lily 9 septembre 2018 - 0h 20

Je n’ai pas encore publié publiquement mes écrits, mais j’ai confiance en moi et surtout en mes écrits, je les aime et ça même mes anciens écrits que j’ai écrit plus jeune ^^ Je publierai les histoires dont je sais qu’elles seront prêtes, finis, que je serai contente de cette histoire mais je ne publie pas mes histoires pas encore prêtes, je n’ai pas un égo sur-dimensionné, je prends du recul et d’ailleurs si je veux publier certains de mes écrits c’est pas pour reconnaitre ma valeur blabla c’est surtout pour partager mes messages, mes valeurs, mes pensées etc et l’important c’est que mon histoire me plait et que je sens qu’elle est prête et finie à être partagé ou pas encore etc, il ne faut pas trop écouter les critiques car on peut se perdre dans les conseils et critiques même constructifs et partir sur des choses qui ne nous ressemblent pas et ne plus en faire notre histoire alors que c’est avant tout notre histoire, nous le chef de bord et c’est à nous de décider pour notre histoire ce qu’on veut faire! Et moi quand j’aurai publié certains de mes écrits dont je sentirais que certaines de mes écrits sont prêts et finis, je publierai sans peur et que ça plaise ou non, je m’en ficherai tant que mes messages seront compris c’est l’essentiel pour moi! Donc oui j’ai les pieds très sur terre! Par contre c’est vrai qu’il est plus difficile de faire face à des méchants commentaires pas constructifs et le pire c’est sur amazon dont les acheteurs se fient aux avis aussi et c’est parfois chiant s’il y a une personne qui note notre livre 1 étoile en disant « nul, de la merde » sans autre argument et de se dire que d’autres peuvent se fier à ça alors que d’autres ont aimé notre livre aussi et c’est chaud avec le système d’amazon qui supprime les avis trop positifs en les prenant pour des « faux avis » alors qu’ils ne suppriment pas les 1 étoiles qui peuvent aussi être des faux avis! Et ce qui est chaud aussi c’est les attaques personnels et jugements par ex quand on veut juste partager son livre du genre thriller mais qu’on peut recevoir en mp des insultes et jugements du genre « comment vous pouvez écrire ça, vous êtes pas bien dans votre tête » etc c’est déplacé et blessant je connais une autrice auto-édité qui a déjà reçu ce genre de méchant commentaire alors qu’elle partageait juste son livre et pour amazon je connais une autre autrice dont ça l’énerve aussi

Reply
Flora 19 novembre 2015 - 12h 32

Y a un point sur lequel je suis pas trop d’accord : Celui sur la réponse argumentée point par point. Y a rien de pire. Tu écris, tu donnes ton temps. Celui qui commente avec des points, comme tu dis, il donne aussi un peu de son temps. Non seulement il nous a lu. Mais en plus il nous a fait une critique constructive. Quand je pose la question « j’ai pas compris, à qui il parle en fait ? » Je n’attends aucune réponse. Je pointe un problème. Pas plus que quand je dis que je trouve tel truc pas crédible, ou que tel passage m’a semblé vide. Je me fiche de la réponse. A moins qu’on soit super potes, je ne relirai pas le texte. J’ai déjà eu ce genre de cas, où gentiment, j’avais pris le temps d’analyser un texte pourri, exprimé avec beaucoup de tact 10% des énormes problèmes rencontrés pour pas en donner trop d’un coup. Et le gars m’a fait trois paragraphe de pourquoi j’avais rien compris à ses intentions d’auteur, que en fait la réponse à mes questions arriverait dix chapitres plus loin, etc.

Autre truc sur la critique négative toujours. Quand quelqu’un dit que c’est mal écrit, même en langage articulé, je le met dans la même case que le troll qui écrit en langage SMS. Si tu prends de ton temps, pour me dire quelque chose, et que ce n’est pas qqchose qui m’est utile (« arrête d’écrire », c’est pas utile pour quelqu’un qui aime écrire), tu cherches quoi ? Ce n’est pas parce que tu as manifesté ta vulnérabilité en ouvrant une section commentaire, que c’est normal de t’en prendre une. Publier un texte, c’est pas enfiler des gants et déclarer qu’on est OK pour se prendre un poing dans la tronche. C’est prendre une pancarte « free hug » et allez dans la rue pour rencontrer des gens.
Pour le reste, j’adhère plutôt au discours. Les commentaires négatifs comme positifs sont une immense source de progrès.

Reply
Silverluna 7 août 2015 - 14h 55

Moi, une chose dont je suis sûre, c’est : pour recevoir des critiques positives et/ou constructives, il faut déjà… écrire et poster quelque chose.

Merci Mademoiselle, vos articles m’ont redonnés l’envie de me remettre à l’écriture. (Certains de mes textes sont restés en stand-by depuis plus de deux ans, les pauvres !)

Sur ce, je dois y aller. Encore merci, et bonne chance pour vos projets ! ^^

Reply
Comment protéger ses écrits - Mademoiselle Cordélia 25 novembre 2014 - 22h 31

[…] Vous aimerez peut-être aussi : Inspiration ou plagiat ? Être édité ou ne pas être ? Faire face aux critiques […]

Reply
Trop jeune pour écrire ? - Mademoiselle Cordélia 26 septembre 2014 - 13h 35

[…] d’attendre d’avoir les épaules pour supporter la critique, je vous en parle dans cet article si ça vous intéresse. Clairement, avant 15 ans, on ne les a pas (sauf exceptions, mais j’en […]

Reply
LolipopsStrawberry 31 juillet 2014 - 22h 05

J’ai n’ai jamais reçu (pour mon plus grand bonheur) des critiques du style « c 2 la merd lol » ou « c nul » et les critiques négatives que j’ai reçu sont plutôt constructives, donc je me plains pas :) mais personne ne me considère comme une Déesse… (Ça serait assez dur pour moi de gérer tout un tas d’inconnus, donc heureusement)
Ensuite, j’aime bien mettre des reviews sur des originaux/fanfics, parce que je me souviens de mes débuts et que dès que je recevais une review, je dansais la macarena déguisée écureuil tellement j’étais heureuse :)
Je réagis bien aux critiques positives (voire je les imprime et j’en tapisse les murs de ma chambre) et assez bien aux négatives, j’aime bien échanger mon point de vue avec les gens.
Ensuite, je ne demande pas des reviews (parce que je suis trop timide èwé) et donc je suis heureuse quand j’en reçois.
Et sinon…
« […]masturbez-vous dessus si ça vous chante »
J’étais tellement pliée :D

Reply
Cordélia Reid 1 août 2014 - 6h 31

J’espère que ça durera pour toi alors :D
C’est toujours très intéressant d’avoir des retours de toute manière ;)
Et oui j’ai été un peu loin avec la masturbation xD
Merci de ton commentaire !

Reply
Juliette 16 juillet 2014 - 0h 31

Bonjour Cordélia,
je découvre votre blog avec plaisir, vous y abordez les questions qui peuvent intéresser lecteurs et auteurs, c’est très instructif et plein d’humour.

Concernant les critiques, on ne va pas se mentir. Les négatives sont désagréables à recevoir, même quand elles sont justifiées, parce qu’elles remettent en question notre travail et blessent notre affect. Dans l’absolu, écrire, c’est se sortir les tripes et le coeur. Or le coeur est une petite chose fragile…
J’ai beau me dire « blinde-toi », j’ai toujours les mêmes envies de viande fraîche écorchée vive quand j’en subis une… D’autant plus ironique que je ne suis pas la dernière à en laisser. Un jeu qu’on doit accepter.

Ma politique de lectrice/consommatrice, c’est de lire prioritairement toutes les critiques négatives ou mitigées, afin de déterminer si les arguments avancés sont suffisamment solides pour infléchir mon achat.

En tant que cliente, je commente très régulièrement mes lectures, et de plus en plus les jeunes auteurs à faible visibilité. L’expérience permet de se créer une échelle de valeurs. On apprend à mieux cibler les éléments négatifs et positifs qui vont apporter une réelle plus-value aux autres clients intéressés. La complaisance induit en erreur, mais rien n’est pire que la malhonnêteté. On peut aimer ou détester, c’est humain, mais certains critères objectifs sont faciles à repérer et à partager.
Quand on chronique, le plus dur finalement, c’est de respecter le travail de l’autre, sans pour autant cacher la vérité. Faire un bon mot est très facile ; on se met les moqueurs dans la poche en se prenant pour un sniper du clavier. Un vrai piège à égo.

Quand je suis confrontée à la critique en tant qu’auteure, je me cogne les doigts avec un marteau pour ne pas interagir directement avec l’individu. S’il veut engager le dialogue, il le peut en venant me trouver sur ma page facebook. Pour le reste, on va dire que c’est l’idée de réciprocité qui prime. Je veux me sentir libre de chroniquer qui et quand je veux, autant que les autres le peuvent avec mes textes.
A ce jour, les critiques négatives les plus constructives m’ont été envoyées par des « camarades » en message privé.
Difficile de ne pas donner une réponse arrogante sur la question, mais sérieusement, les « pas mal mais trop court » ou « pas assez développé » quand ça concerne un format nouvelle, comment dire…
Il y a aussi les comparaisons inutiles quand deux romans d’un même auteur utilisent des univers totalement différents. On a quand même le droit de refuser d’être enfermé dans une case ! Sans parler de la concurrence qui prend notre texte pour un champ à miner sous couvert d’anonymat…
Quant aux critiques positives, c’est le baume qui vient panser les plaies, d’autant plus vrai lorsque le lecteur a compris notre démarche et explique avec ses propres mots le message qu’on a voulu communiquer.

Reply
Cordélia Reid 16 juillet 2014 - 8h 24

Bonjour ^^
Tout d’abord merci pour votre commentaire !
Votre expérience de lectrice et d’auteur est précieuse :)
Pour ma part je crois que je me suis dit récemment « si tu n’as que du négatif à pointer, abstiens-toi » ;)
Bonne continuation !

Reply
L'importance du bêta-lecteur - Mademoiselle CordéliaMademoiselle Cordélia 14 juillet 2014 - 8h 52

[…] Le bêta-lecteur est primordial quand on écrit un roman, une nouvelle, etc, car il va émettre une critique constructive du texte et donc aider l’auteur à le […]

Reply
Florence 3 juillet 2014 - 17h 29

Personnellement, je suis demandeuse de critiques.
Les positives font toujours plaisir (comme à tout le monde, je pense) mais ne sont pas les plus intéressantes, surtout si elles se limitent à « j’ai adoré » : ce qui m’importe, c’est de savoir ce qui a plu.
Les négatives sont plus difficiles à avaler : c’est de mon « bébé » qu’il est question, alors à la première lecture j’ai tendance à être un peu à fleur de peau. Du coup, je passe à autre chose et j’y reviens plus tard. Selon le contenu, je peux la relire une dizaine de fois (étalées sur plusieurs jours). En tout cas, je n’y réponds jamais tout de suite : je laisse à mon égo le temps de digérer ^^
Dans tous les cas, une critique argumentée est toujours utile. D’ailleurs, si quelqu’un ici a envie de critiquer mon dernier livre, je suis partante pour le lui envoyer ;-)

Reply
Cordélia Reid 3 juillet 2014 - 22h 08

C’est sûr, la critique constructive, c’est un peu le saint Graal… on en rêve, mais on en voit pas beaucoup x)
Merci pour ton commentaire ^^

Reply
Rébecca@ conseils écriture 2 juillet 2014 - 10h 07

Les critiques sont importantes car elles permettent de progresser. Il faut cependant savoir faire le tri entre celles qui sont constructives et celles qui n’apportent rien. Comme tu le dis, on ne peut pas plaire à tous ! ;-)

Reply
Cordélia Reid 3 juillet 2014 - 22h 11

Oui c’est ça ^^ Il faut apprendre à apprécier chaque critique à sa juste valeur. Merci pour ton commentaire ^^

Reply
Byam Jinx Oxymoron 30 juin 2014 - 16h 36

Positive ou négative, les critiques sont utiles si tant est qu’elles soient constructives. Dans le cas contraire, je ne m’y attarde pas plus que ça.

Autant quand on ne reçoit que du négatif, le moral en prend un coup, autant ne recevoir que du positif n’est pas forcément très rassurant non plus. Je pars du principe que si tout le monde aime c’est que j’ai mal fait mon boulot, on ne peut pas plaire à tout le monde, ce n’est pas possible. Si certaines personnes vous provoquent des réactions épidermiques, il me paraît plus que raisonnable de penser que certaines suites de mots puissent en faire autant.

Tout positif ou tout négatif = grosse, grosse remise en question.
Positif ET négatif = ajustement possible + évolution de l’écriture.

Reply
Cordélia Reid 3 juillet 2014 - 22h 12

Oui c’est clair. Mais tu as raison sur un point : quand un texte reçoit des critiques positives et négatives, j’ai plus tendance à me dire que les positives sont sincères, parce que le texte déclenche de vraies réactions @_@ Merci pour ton commentaire ^^

Reply
Eri' 30 juin 2014 - 13h 28

Ah, je l’attendais celui là ! *w* Alors alors… Je suis bien d’accord avec tout cela ma fois. En revanche, y’a juste un ptit point que je n’ai pas trop compris ( mais je suis fatiguée, ne m’en veut pas. ). Qu’est-ce que tu entends par « pratiquer l’attaque ad hominem » ? ._. »

Perso, j’aime bien recevoir des critiques, qu’elles soit positive ou négative. C’est clair que les négatives me font un peu tirer la tronche, mais au final c’est certainement celle là qui m’aide le plus à avancer. Et puis j’ai toujours eu la chance d’avoir des personnes polies et précises en face de moi, ça aide je suppose ^^
Je critique quelque fiction de temps en temps. Quand je peux quoi. Et je sais que j’ai moi aussi tendance à relever tout ce qui ne va pas dans le texte u_u – Enfin, j’ai ma petite règle perso quand même : Si j’ai pas au moins un truc de positif à dire, je la ferme !
Je sais que c’est pas forcément agréable à recevoir ce genre de critique, d’autant plus que parfois je manque clairement de tact. Si je devais compter le nombre de fois où l’auteur en question a essayé de me descendre… M’en souviens même d’une qui, suite à l’un de mes commentaires sur sa fiction, est venu fureter sur la mienne pour la démolir. C’était fun ~~

Enfin bref, merci pour cet article ! ^^

Reply
Cordélia Reid 3 juillet 2014 - 22h 13

Contente de te… contenter x)
ad hominem, c’est attaquer la personne au lieu d’attaquer le texte, par exemple.

On apprécie rarement la critique négative les 3 premières secondes, c’est sûr ^^’ mais après on prend sur soit et on se remet un peu en question.
Merci pour ton commentaire !

Reply
litsiu 30 juin 2014 - 12h 52

J’ai reçu de tout comme critique : des tartines de louanges qui m’ont fait sourire bêtement pendant des heures, de la critique virulente mais assez vraie pour me donner envie de m’exiler au Tibet, des réclamations diverses et variées de lecteurs tentant d’influencer le cours de mon histoire (« noooon, ne tue pas untel ! » ), une parfaite inconnue qui m’a reproché d’avoir donné son prénom à un de mes personnages (si si ! ), et même du démolissage en règle qui ne s’assume pas et qui m’est arrivé aux oreilles par personne interposée (ce dont je me serais bien passé).
En général, je digère assez bien les critiques négatives : d’abord j’ai envie de tuer quelqu’un, normal, puis je réponds gentiment si c’est constructif, et j’ignore si ça ne l’est pas. Ensuite je me remets au boulot. Sans certaines critiques, je n’aurais jamais pris conscience de mes défauts, donc au final, elles ont été très utiles. Quant à la critique bête et méchante, elle me donne quand même envie de m’améliorer, par pur esprit de contradiction. Il y a toujours des commentaires positifs pour contrebalancer.
C’est vrai que quand on commence à écrire, on est avide de retours. Après, ça se tasse. Je trie beaucoup plus ce que je partage, et je me soucie plus de la qualité des retours que de leur nombre, dorénavant.

Il m’est arrivé d’écrire des critiques négatives, avec plus ou moins de tact, j’imagine, parce que ce n’est pas simple de souligner les défauts sans décourager. Il est arrivé qu’on me remercie, mais le plus souvent j’ai reçu du froufroutement d’ego froissé comme seule réponse. Du coup, je ne perds plus mon temps à commenter les textes d’inconnus en quête d’hélium pour leurs chevilles et je réserve mes efforts aux gens qui demandent explicitement un retour constructif.

Reply
Faire face aux critiques - Mademoiselle Cord&ea... 30 juin 2014 - 12h 32

[…] Comment faire face aux critiques ? Comment réagir quand on reçoit une critique négative ? Une positive ? Publier sur Internet, c'est accepter la critique.  […]

Reply
cyan 30 juin 2014 - 11h 37

Article très intéressant et très pertinent, comme toujours ;)
Personnellement j’ai plus de mal à accepter les critiques positives (qui m’embarrassent) que les critiques négatives (pourvu qu’elles ne soient pas insultantes), qui m’aident à corriger mes défauts.
Je suis toujours ravie quand quelqu’un prend le temps de commenter ce que j’écris, parce que ça veut dire qu’il a été suffisamment intéressé pour avoir envie de le faire. Et comme il m’a fallu très (très très) longtemps avant de faire lire ce que j’écris, je suis toujours ébahie de constater que non seulement des gens prennent le temps de me lire, mais en plus ils ont envie de parler de ce qu’ils ont lu.
Du coup, chaque commentaire, positif ou négatif, m’est très précieux…

Reply
Melgane 30 juin 2014 - 11h 25

J’ai toujours été surprise quand, sur Skyrock, je critiquais parfois une fan fiction mais que la fille me répondait que j’y connaissais rien, que j’étais trop conne, que tous les autres lecteurs avaient dit « beau texte » « c’est super » etc… ou quand, il y a quelques semaines, j’ai commenté la première vidéo d’une pré-ado qui faisait une espèce de « get ready with me » mais que je lui ai dit qu’elle avait trop accéléré la partie maquillage, qu’on ne voyait rien de ce qu’elle faisait, et qu’elle m’a répondu que moi sur ma chaîne je n’avais aucune vidéo et que donc je ne devais pas venir parler…

Aussi loin que je me souvienne j’ai toujours accepté la critique (peut-être un peu moins au début parce que comme beaucoup je devais m’attendre à ce qu’on m’accueille comme le Messie xD). Finalement c’est comme ça qu’on avance, en prenant conscience de ses points faibles, et ensuite, ces points faibles, on peut les corriger mais surtout on peut les repérer nous-même dans un texte « oh tiens cette phrase est trop longue, c’est bizarre » « ce dialogue est pourri » « mes persos n’ont pas assez de sentiments » « je passe trop vite sur ce passage » etc.

Reply

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Ok En savoir plus