Accueil » Littérature » Réflexions d'auteur » De l’importance des livres LGBT+

De l’importance des livres LGBT+

by Cordélia

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, je rentrais chez moi après avoir terminé mes heures de baby-sitting quand j’ai découvert cet article partagé par une amie Facebook. Complètement hallucinée, mais ne souhaitant pas céder à la panique, j’ai d’abord cru à une simple rumeur, une farce comme on en voit beaucoup trop ces derniers temps. J’ai fait quelques petites recherches sur la toile et j’ai découvert que l’information était également relayée sur le site d’Europe 1 : juste là. J’ai dû faire à peu près cette tête :

Merci Nabilla pour cette charmante illustration

Je cite leur site pourri parce que franchement, c’est grave. Je ne mets pas le lien, faut pas abuser, je refuse de leur faire du référencement.

Bibliothèques idéologiques : la liste s’allonge

La bibliothèque municipale de la ville de Vertou (44) propose également divers livres à la « gloire » du gender… Liste non exhaustive :

  • La princesse qui n’aimait pas les princes
  • Jean a deux mamans
  • Mes deux papas
  • Mademoiselle Zazie et la Robe de Max
  • Papa porte une robe

En fait, je n’arrive pas à savoir ce qui est le pire dans ce – pourtant très bref – communiqué. « Bibliothèques idéologiques » ou « gloire du gender » ? Ou tout simplement cette liste noire des si rares ouvrages LGBT proposés à la lecture en bibliothèques. Si vous êtes parvenus à faire une hiérarchie, contactez-moi.

Il faut rester zen, je suis zen

La parole LGBT comme « idéologie »… Non, juste non. On aura tout entendu. Le but de tous les homos, bi et trans n’est  pas de convertir les petits hétéros à la luxure et à la débauche (les hétéros font très bien ça tous seuls). Oh, ça nous arrangerait bien, c’est sûr. Parce que quand vous êtes une fille qui aime les filles (ou un garçon qui aime les garçons), forcément c’est plus avantageux pour vous d’avoir autour de vous plus de filles qui aiment les filles (ou de garçons qui aiment les garçons) et si possible sur le marché des célibataires. C’est plus facile de trouver l’amour quand on n’est pas entouré que d’hétéros, question de probabilité.

(Mal ?)heureusement, ça ne se passe pas comme ça. On ne peut pas convertir quelqu’un pour qu’il change d’orientation sexuelle, ça n’est pas possible. De la même manière qu’un homo ne redeviendra pas hétéro, un hétéro ne deviendra pas homo. Même s’il a vu des quantités de films porno gay et lu des dizaines de livres sur le sujet. Après, on pourrait parler de refoulement et de fluidité sexuelle (je défends d’ailleurs hardiment ce dernier concept) (notez que je refuse d’employer le mot théorie), mais ce n’est pas vraiment le sujet.

Tout ça pour dire que NON, le but de ces livres n’est pas de transformer les petits garçons en gay ou pire, en fille. On a franchement autre chose à faire. Je ne sais pas… lutter contre les stéréotypes par exemple ? Contre les LGBT-phobies ? Pour l’égalité des sexes ? Mais j’y reviendrais…

Nonobstant, je trouve un peu gonflé de la part de cathos (parce que malheureusement, c’est encore des cathos…) qui ont sans aucun doute comme objectif de convertir à leur religion les « pauvres ignorants égarés dans le péché » de parler d’idéologie. Si on demandait de retirer des bibliothèques tous les ouvrages religieux sous prétexte que cela encourage la diffusion d’une idéologie non-laïque, j’imagine que leur réaction serait immédiate et qu’ils hurleraient à la censure. Pour ma part, je trouve normal qu’on ait accès à la Bible dans une bibliothèque, j’en ai même une chez moi pour mes études. Et quitte à donner un exemple bien extrême, je trouve aussi normal de pouvoir consulter Mein Kampf, pas forcément pour la beauté de l’écriture, mais pour le témoignage historique qu’il représente.

Heureusement, on est pas (encore ?) dans Fahrenheit 451.

Soit dit au passage, ce livre est un monument : lisez-le

Ensuite, la « gloire du gender ». LOL. C’est là où j’ai envie de dire : quand on ne sait pas de quoi on parle, on ferme sa gueule. On l’a dit et re-dit, la théorie du genre n’existe pas. Il y a des études de genres, c’est un fait. Il y a aussi cette chose étrange qu’on appelle dans les milieux érudits « L’égalité des sexes« , mais pas de théorie du genre. Je ne vais pas faire un exposé là dessus, des tas de médias ont fait des articles très bien, par exemple Le Monde et Rue89, il vous suffit de suivre les liens.

Et puis ça me fait doucement rigoler. Parce que la transidentité et la transsexualité, c’est quand même pas une partie de plaisir. Ces personnes n’ont pas spécialement choisies d’être nées dans le mauvais corps, n’ont rien demandé à personne et souffrent parfois toute leur vie de tout ça. S’ils avaient pu choisir, je pense que beaucoup auraient préféré être née fille dans un corps de fille ou né garçon dans un corps de garçon. C’est pas tellement la meilleure situation du monde et je ne vois pas qui pourrait souhaiter qu’une autre personne connaisse la souffrance quotidienne que de vivre dans un corps qui ne lui correspond pas. Et je ne vais pas m’étendre sur le 3e genre, le refus de la binarité homme/femme, etc, sinon ça serait un peu trop compliqué.

Donc transphobie. Et homophobie aussi, parce qu’il y a aussi le sous-entendu que les lesbiennes sont des « garçons manqués » et que les gays sont des « tantes ». On mélange identité de genre et identité sexuelle, c’est pathétique. Et ne parlons pas du caractère misogyne de tout ça. Maman Petit Ours Brun fait la vaisselle dans la cuisine et Papa Petit Ours Brun lit son journal dans le salon, chacun sa place.

Le pire, c’est que la « vraie » affiche est de la même trempe et clame le même slogan

J’en viens enfin à ce que je voulais dire à la base. Pourquoi est-il nécessaire d’avoir des livres LGBT dans les bibliothèques municipales, dans les écoles, les collègues, les lycées ? Pourquoi des films comme TomBoy (odieusement censuré ces derniers temps…) sont importants ? Pourquoi il est primordial que des associations comme Le Mag réalisent des interventions en milieu scolaire (une dizaine annulées la semaine dernière à cause de la pression des parents qui pensaient qu’on allait apprendre à leurs enfants à se masturber… comme s’ils avaient besoin de cours pour ça…) ? Je ne comprends même pas pourquoi – en 2014 – on se pose encore ces questions.

Pour que les choses avancent. Lentement, dans la bonne direction. Pour sensibiliser le jeune public, pour lui apprendre la tolérance puisque leurs parents sont incapables de le faire. Et pour tous les jeunes gens qui ne savent plus où ils en sont, pour eux qui sont si mal dans leur peau et qui ne comprennent même pas ce qui leur arrive. Je veux écrire des romans pour ados LGBT, c’est un de mes objectifs le plus cher et important pour moi. Parce qu’on en parle pas assez, que ça reste quelque chose de caché, dont on a peur. Il y a des gays qui rejettent ce qu’ils sont parce qu’ils pensent que c’est dégoutant et être faible – pire être une femme – (sexisme, te revoilà… tu nous avais manqué), et qu’ils vont devenir des travestis comme on voit dans les séries sur TF1. Il y a des trans qui ne savent même pas qu’il est possible de changer de sexe et qui croient être simplement dingues.

Les livres comme ça sont tellement rares… La preuve, on peut en faire la liste. Evidemment, chaque parent est libre de faire lire ou non certains livres à son enfant. Mais ce n’est pas une raison pour empêcher ceux des autres de trouver les réponses à leurs questions dans ces livres. Ce ne sont pas ces livres qui « créent » des homosexuels, des bis et des trans. Au mieux, ils les aident à sortir du placard. D’ailleurs j’ai presque envie de dire : quand bien même ces livres seraient « responsables »… où serait le problème ? A part ça, ces gens ne sont pas homophobes et ils ont même des amis homos. Qu’ils le disent clairement, que l’homosexualité (& cie) est un problème pour eux, mais qu’ils ne portent pas le bien des enfants comme un étendard. Il faut prendre exemple sur madame :

Je n’ai pas pu résister…

J’espère vraiment que tout cela va se tasser et que ces gens vont enfin s’occuper de leurs affaires. J’espère que plein d’auteurs vont profiter de la vague pour écrire des livres sur des sujets LGBT et qu’ils seront bons, lus et appréciés. Sur ce, je vous souhaite une bonne soirée.

Tu aimeras peut-être

9 comments

Estellka 4 mai 2015 - 1h 02

Merci pour cet article qui m’a fait découvrir pas mal de choses, qu’il va falloir que je creuse. Quand tu as parlé des affiches de la manif pour tous, j’ai eu envie de voir les originales. Et bien j’ai été profondément choquée de cosntater que j’avais du mal à dicerner les vraies des fausses. Il est bien malheureux de dire que les cathos (chez mais ailleurs c’est les musulmans ou les juifs, de toute façon c’est la même chose quelques soit la religion) ont fait plus de mal que de bien à notre société, et qu’il en font encore! Et encore, si ce n’était que les cathos ça serait un moindre mal!

Reply
gulby 20 février 2014 - 21h 47

A reblogué ceci sur Lalalinet a ajouté:
Voilà, c’est tout bien dit tout bien.

Reply
Carolyne TeeGee 20 février 2014 - 10h 48

Bonjour… J’aurais juste titré « De l’importance DES livres », vu que beaucoup ne donnent de l’importance qu’à UN livre et qu’ensuite on les retrouve dans les rues avec leur gosses le dimanche de la chandeleur (les privant de crêpes au passage, pauvres gosses instrumentalisés). Sinon, ton idée de bouquins « dédiés LGBT » est une bonne idée, en espérant que ça ne donnera pas lieu à des autodafés. J’aurais bien aimé à l’époque avoir accès à ce genre de livres, et d’autres personnes comme moi aussi j’imagine, ça m’aurait évité des années de placard (le comble, pour une flic). A nous de faire bouger les choses :)

Reply
Mademoiselle Cordélia 20 février 2014 - 13h 38

Tu as parfaitement raison et d’ailleurs je vais changer en « des livres » parce que je ne peux rien dire pour ma défense xD Il faudrait « juste » que les thèmes LGBT deviennent courant pour moi. Que ça soit « normal » (je déteste le mot normal. Mais il faut bien commencer quelque part… C’est par petit pas qu’on avance. Merci de ton commentaire ^^

Reply
Sa-chan 17 février 2014 - 17h 11

Merci pour ton article !
Je n’étais pas du tout au courant de cette histoire, je trouve ça abusé. Comme tu l’as si justement dit, on choisi pas d’etre LGBT, juste on choisit de l’assumer ou non. Ca me tue que des gens puissent sérieusement penser que ces livres ont un autre but que celui de sensibiliser les enfants à la tolérance…
Je connais des gens d’à peine 13 ans avec un niveau de pensée plus évolué, ça fait assez peur d’un coté !

Reply
cambridgefroggie 11 février 2014 - 19h 31

Merci de rappeler que l’homosexualité n’est ni un choix, ni une idéologie. Pas plus que le genre, d’ailleurs. C’est assez étonnant de voir le tabou qui entoure ces sujets, si fort que le/la journaliste a cru bon d’utiliser le mot anglais malgré l’existence d’un équivalent exact en français …Beaucoup d’ignorance aussi …
Toutefois, il faut tout de même saluer ce qui peut – au-delà du traitement médiatique – être considéré comme un progrès, tout timide qu’il soit. Il aurait été impensable de trouver ce genre de livres, surtout au rayon enfants, il y a quelques années …
Bon article ! :)

Reply
Mademoiselle Cordélia 11 février 2014 - 19h 44

Eh oui, il y a encore des ignorants dans ce pays ^^’ Ils sont vraiment déprimants, nonobstant mon envie de vomir, j’ai été un peu regarder leurs sites/articles et c’est vraiment du grand n’importe quoi. Espérons qu’ils se calment.
Mais oui, c’est vrai qu’il y a déjà eu un progrès en quelques années et ça continuera quoi qu’il arrive, même si des imbéciles essayent de freiner le progrès.
Merci ^^

Reply
AgatheK 11 février 2014 - 11h 42

J’ai du faire à peu près la même tête :/ J’ai découvert ça via un forum, lorsqu’une bibliothécaire est venu témoigner de ce qu’il se passait chez elle.
Je dirai bien que ce sont juste des idiots et que de toute façon ils n’obtiendront jamais gain de cause, mais vu le recul du gouvernement et les interventions d’associations annulées, je ne suis pas franchement rassurée…

Reply
Mademoiselle Cordélia 11 février 2014 - 11h 51

Je suis d’accord, ce ne sont que des idiots, mais on les écoute un peu trop et ils se rassemblent un peu trop à mon goût. Ils n’ont vraiment que ça à faire, c’est un peu pathétique, mais ce n’est pas une raison pour les laisser raconter des conneries @_@ je pense que ça se tassera, mais que ça aura des conséquences pour les avancées sociales en France, notamment pour l’adoption pour les couples du même sexe et les droits des trans. Alors que dans les autres pays, ça continuera à faire son chemin.

Reply

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Ok En savoir plus