Accueil » Perso » Divers » Mes premières fois au MAG Jeunes LGBT

Mes premières fois au MAG Jeunes LGBT

by Cordélia

Chose promise, chose due. Je fais un article sur le MAG Jeunes LGBT, association à laquelle je n’ai pas encore adhéré, mais cela ne saurait tarder. Pour présenter cette association, quoi de mieux que de reprendre en partie ce qui est écrit sur le site internet de l’association, j’espère qu’ils ne m’en voudront pas.

Le MAG Jeunes LGBT (Mouvement d’Affirmation des jeunes Lesbiennes, Gais, Bi & Trans) est une association de jeunes lesbiennes, gais, bi et trans âgé-e-s de 15 à 26 ans.

Grâce à son centre d’accueil à Paris (106 rue de Montreuil, 11ème, métro Nation ou Avron) et aux activités de convivialité proposées, le MAG Jeunes LGBT permet aux jeunes gays, jeunes lesbiennes, bi, trans ou en questionnement de se rencontrer dans un esprit convivial pour sortir de leur isolement, discuter et partager leurs questions ou expériences.

Sur notre site, tu pourras trouver des informations sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre, ainsi qu’un forum de discussion pour te permettre de t’exprimer sur tous les sujets.

Une équipe de bénévoles du MAG Jeunes LGBT mène également un programme d’interventions en milieu scolaire visant à sensibiliser les collégien-ne-s et lycéen-ne-s à la lutte contre les LGBTphobies et le sexisme et au respect des différences.

L’association est également présente lors de nombreuses manifestations LGBT, ainsi que lors de nombreux autres événements.

Ce qui est bien avec le MAG, c’est qu’ils ont des permanences au cours de la semaine où il est possible de venir pour la première fois sans trop de pression. Le mot d’ordre est la convivialité, même si c’est souvent très bruyant (surtout pendant les vacances), mais j’y reviendrai. Donc les permanences sont le mercredi de 17h à 19h, le vendredi de 18h à 22h et le samedi de 17h à 21h. C’est gratuit, c’est anonyme (enfin c’est mieux de donner son prénom quand même, faut pas exagérer) et il n’est pas obligatoire d’adhérer à l’association ni pour venir aux permanences, ni pour participer aux activités (même si forcément, en étant adhérant, s’il y a une sortie organisée payante, il y a des réductions, même chose pour le bar du MAG). En tout cas, les infos pratiques sont juste ici.

Donc voilà, le but de ces permanences, c’est d’accueillir les jeunes LGBT ou jeunes en questionnement et de rencontrer bah… des gens comme soit. Parce que – bordel – ça fait du bien de ne pas être entouré que d’hétéros. La première fois, un accueillant te repère vite (s’il connait pas ta mouille, c’est que tu es nouveau, surtout si tu es rouge comme une tomate et que tu n’oses pas ouvrir la bouche) et vient te parler. Il (ou elle) te présente l’association, te parle un peu et ensuite il te présente aux autres MAGeurs présents au local. Normalement, c’est censé bien se passer.

drapeau flag LGBT gif

Je ne vais pas m’étendre sur toutes les activités du MAG, il y en a beaucoup et trop pour être toutes évoquées. Je citerais juste pour exemple le dépistage qui aura lieu vendredi, la réunion « paroles de filles » le 8 mars et la soirée No Stress de dimanche (j »y serais !). Ils font aussi des interventions en milieu scolaire, tout ça… Mais c’était déjà écrit dans la présentation. En plus, je ferais un article rien que pour ça plus tard.

J’en reviens au thème de mon article (je fais toujours des digressions, c’est dramatique…) : la première fois au MAG. Je me souviens, je devais avoir 17 ans, je venais d’arriver sur Paris, je n’étais pas sûre de moi, j’ai commencé à regarder un peu sur internet. Pendant plusieurs semaines. Avant de me décider à y pointer le bout de mon nez. Je ne me souviens plus de la jeune fille qui m’avait accueillie, mais elle était gentille. Ensuite, j’avais parlé avec quelques autres filles et garçons et puis j’avais fini par repartir. Et je n’y suis pas retournée.

Ce n’était pas que l’accueil était mauvais, loin de là. Mais j’avais l’impression de ne pas être du tout légitime au milieu des autres jeunes. Parce que je n’étais « que » bi et pas homo. Le pire, c’était que je me l’étais mise dans la tête toute seule. Après, il faut quand même avouer que quand j’ai dit que je me positionnais plutôt comme bisexuelle, la conversation a tourné assez court. Je m’attendais à des conseils, des réponses à toutes les questions que j’avais en tête, mais il se trouve qu’il ne s’est rien passé. Au contraire, je me sentais encore plus à part qu’au milieu des hétéros. Parce que ce n’était pas mon milieu, ma communauté, parce que je ne m’y sentais pas à ma place. Après je ne me plains pas, je ne suis pas non plus tombé sur un gros débile qui m’aurait dit que j’étais juste dans une période de transition et que j’allais devenir une vraie lesbienne avec le temps. Pour le coup, ce n’est pas du tout le ressenti que j’ai eu à Bi’cause (mais là encore, je ferais un article à part sinon on va en avoir pour des heures). Et je ferais aussi un article sur la biphobie en milieu LG (où le BT passe à la trappe…) mais en attendant vous pouvez aller voir le blog de Prose qui est un peu notre porte-parole blogueuse sans le vouloir vraiment.

En tout cas, je n’ai pas eu envie de revenir. J’ai préféré faire mon chemin toute seule. Etait-ce une erreur ? Je ne le saurais jamais. En tout cas, c’est comme ça que ça s’est passé. Pas très bien. Parce que j’étais une bi et que là-bas, ils étaient tous homos. D’ailleurs je continue de me demander qui est bi là-dedans. Parce que le présupposé dans les associations de ce genre, ce n’est pas que ton interlocuteur est hétéro comme c’est le cas, c’est que tu es homo. C’est drôle et en même temps, personnellement, ça me dérange un peu.

Il a fallu bien trois ans avant que je me décide à y retourner. J’avais un peu peur que ça se repasse de la même manière et de me sentir « de trop ». Sauf qu’il se trouve quand même que j’ai fait un bon bout de chemin depuis tout ce temps, alors ça ne s’est pas du tout passé de la même manière. C’était une de mes « bonnes résolutions 2014 » : retourner au MAG. J’y suis allée, j’étais encore plus tétanisée qu’avant, mais finalement, ça s’est bien passé. Mieux que la première fois en tout cas. J’ai rencontré quelques personnes sympas, notamment des filles. Car il faut savoir qu’il y a toujours une majorité de mecs au MAG. Du coup quand les filles viennent, elles voient qu’il y a trop de mecs et hésitent à revenir, c’est un cercle vicieux. Donc si tu es un fille sur Paris : viens au MAG ! Surtout que depuis quelques temps, la Cellule L a été mise en place pour les filles. Là encore, ça me fait tiquer. L pour « elle » sans aucun doute, mais aussi pour « lesbienne ». Or, il n’y a pas que des lesbiennes, je n’aime pas être mise dans le même panier. Pas spécialement par communautarisme (en partie parce que la communauté bisexuelle n’existe tout simplement pas), mais juste parce que – encore une fois – j’ai l’impression de ne pas rentrer totalement dans la case. Attention, le MAG n’est pas du tout biphobe, ce n’est pas ce que je veux dire ! Seulement voilà, parfois on nous oublie. On oublie les trans aussi. Et même les lesbiennes, mais c’est un peu compliqué. Même au sein de la communauté dite « LGBT+ », ça se tire dans les pattes, vous ne pouvez pas imaginer à quel point.

Je suis donc retournée au MAG. A une permanence, puis à une réunion de la cellule L. La cellule L, c’est mignon parce qu’on est moins nombreux, donc c’est plus calme et on est entre filles. A la première réunion où j’ai été, il y avait l’intervention d’Axelle Stéphane, une auteur lesbienne qui a écrit un guide pour les filles qui aiment les filles : Les filles ont la peau douce. Un guide comme on en trouve souvent pour les ados sur l’amour, la séduction, le sexe, la rupture, mais qui a le mérite de se concentrer sur les relations entre filles. Je ne crois pas qu’il en existe d’autres. Forcément, comme c’était une auteur et que… bah moi aussi en quelque sorte, ça m’a poussé à sortir de chez moi et à y aller. Je ne l’ai pas regretté, c’était vraiment convivial. J’ai rencontré des filles super sympas qui ont été très gentilles avec moi, même si elles ne me connaissaient pas. Résultat, je me suis retrouvée au brunch lesbien (arg, encore une fois je bloque…) et j’avais même réussi à y faire venir une fille que j’avais rencontrée à Bi’cause. C’était vraiment cool. Et pour finir j’y suis retournée ce week-end, mais cette fois j’ai osé la permanence. Avec beaucoup de monde. J’ai quand même un peu de mal avec le vacarme qu’il y a à partir d’une certaine heure, ce pourquoi je vous conseille d’y aller tôt, surtout si c’est la première fois. Mais vous verrez, on peut parler de soi, des autres, on fait des rencontres, on joue au UNO et c’est assez sympa (oui, les LGBT sont des gens normaux en fait…)

uno jouer play

Les associations de ce genre ont le mérite d’exister, il faut vraiment en profiter. Ils font le maximum pour aider les jeunes, les moins jeunes aussi et c’est vraiment une bonne chose. Je vous conseille de pousser la porte du local, au moins une fois, pour voir. Peut-être que vous m’y croiserez ! Je sais qu’il existe d’autres associations de ce genre dans toute la France, donc faites appel à votre ami Google !

Bonne journée !

Tu aimeras peut-être

14 comments

Parlons de genre - Mademoiselle CordéliaMademoiselle Cordélia 23 mai 2014 - 7h 48

[…] Vous aimerez peut-être aussi les articles : Leçon 2 : la création d’un personnage De l’importance des livres LGBT+ Mes premières fois au Mag Jeunes LGBT […]

Reply
Mlle Sey 25 mars 2014 - 22h 31

J’ai adoré ton article ! merci de partager ton expérience :)

Des Bisous

Reply
Cordélia 25 mars 2014 - 22h 32

De rien merci ^^

Reply
Bi'cause : l'association et moi - Mademoiselle Cordélia 22 mars 2014 - 9h 38

[…] mon article sur le MAG Jeunes LGBT, je me devais de faire un article sur une autre association dont je fais partie et pour laquelle […]

Reply
Aoife 5 mars 2014 - 22h 59

Tout pareil que AgatheK. Moi aussi, après 8 ans en couple avec un mec rencontré à 14 ans, la question ne semble pas se poser, il faudrait que je sois hétéro… Mais pour moi, y’a pas que les mecs, y’a aussi tous les gens qui ne sont pas des mecs. Et justement à cause de mon couple, j’ai du mal à me revendiquer comme bi. Quelques potes très proches sont vaguement au parfum, point.
Pour l’instant, je ne me cherche pas trop, je suis très bien dans mon couple et j’espère le rester. C’est seulement si ça tourne mal que j’aurai peut-être envie de trouver mes marques de ce point de vue-là… Quoique j’ai déjà l’impression de très bien savoir où j’habite. Du coup, les assoces, j’ose pas y mettre les pieds, de peur qu’on me demande ce que je fous là puisque j’ai un mec.

Reply
Cordélia 6 mars 2014 - 0h 35

Eh baaah j’en apprends des trucs dis moi xD
Oui le bi en couple haha… tiens va voir ça : http://prose.yagg.com/2011/05/23/un-bi-en-couple-est-il-toujours-bi/
C’est marrant parce que à la Bi’envenue de janvier, il y avait une femme d’une trentaine d’année mariée en couple avec enfants tout va bien et qui bah… se questionnait quand même. Et elle était là, tranquille, gênée, mais y avait pas de quoi. Au niveau du MAG, je ne sais pas, mais pour le coup Bi’cause est ultra open et ça fait plaisir. Et surtout il y a un panel de personnes différentes et de tous âges, c’est très intéressant d’apprendre comment ils ont vécu leur bisexualité en étant en couple (couple homo ou hétéro d’ailleurs !)
Bref voilà, va jeter un oeil sur le site de bi’cause, y a plein d’infos et de tout et imagine bien que tu n’es pas seule ;)

Reply
Loony 5 mars 2014 - 20h 20

J’ai toujours envie de venir au mag, si tu y retournes, notamment un vendredi, fais-moi signe !

Reply
Cordélia 6 mars 2014 - 0h 24

Bah oui bah oui ! Le truc c’est que je me décide souvent un peu dans la journée xD Mais genre la semaine prochaine par exemple on peut si tu veux ^^

Reply
AgatheK 5 mars 2014 - 18h 57

Ah, la question de « légitimité »… Je me souviens avoir très fortement ressenti ce sentiment de ne pas être à ma place quand je suis allée aux manifs de soutien au Mariage pour tous en début d’année dernière. Y avait des journalistes partout qui interrogeaient les gens autour de moi en leur demandant pourquoi c’était important pour eux de venir manifester, ça me mettait mal à l’aise. Une bi en couple avec un homme depuis 7 ans, qu’est-ce qu’elle irait revendiquer le droit de mariage pour les gays… (Raisonnement stupide. Mais moi aussi je me fais parfois des idées toute seule et j’ai toujours peur que les gens comprennent pas, et me voient comme une hétéro qui cherche à être « cool ».)
Merci d’avoir partagé cette expérience, c’est super intéressant^^

Reply
Cordélia 5 mars 2014 - 19h 30

Je ne suis pas seule à ressentir ça, ça fait plaisir en un sens ! Je ne sais pas si tu lis le blog de Prose, mais elle a fait un article sur le privilège du bi en couple hétéro qui était très intéressant. Et oui parfois le pire c’est qu’on se met ces idées tous seuls dans la tête @_@ Merci pour ton commentaire ^^

Reply
laracinedesmots 5 mars 2014 - 17h 39

Très chouette article, merci pour la découverte !

Reply
Cordélia 5 mars 2014 - 18h 27

Merci d’avoir laissé un mot !Tu ne connaissais pas ? Tu veux y aller maintenant ? x)

Reply
laracinedesmots 5 mars 2014 - 21h 23

Habitant dans le secteur d’Avignon c’est LEGEREMENT loin lol. MAis je vais à l’inauguration de l’antenne avignonnaise du refuge :) Dans ma pratique professionnelle, c’est important de connaître ce type d’assos !

Reply
Cordélia 6 mars 2014 - 0h 25

Effectivement y a pas encore d’asso bi à Avignon xD Tant mieux si une asso de ce genre est inaugurée (même si c’est triste qu’il y en ait besoin…)

Reply

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Ok En savoir plus