Accueil » Perso » Prise de parole » Pourquoi appartenir à une minorité sur YouTube, c’est si compliqué

Pourquoi appartenir à une minorité sur YouTube, c’est si compliqué

by Cordélia

NB : Dans cet article, je me concentre surtout sur des questions de genre aka de la représentation des minorités de genre et des femmes sur YouTube en tant que personne concernée, mais il faut étendre la réflexion aux questions de racisme, de validisme, etc qui sont toutes aussi importantes. J’essayerai d’y faire référence, mais j’invite des personnes concernées à compléter le propos dans les commentaires, elles le feront sans doute bien mieux que moi !

Je te pose un peu le contexte dans lequel j’ai écrit cet article

J’ai commencé à réfléchir à une série d’articles sur la représentation sur YouTube au moment de la tenue de la Néocast, une convention ayant pour objectif de mettre en avant des vidéastes. Je termine ma rédaction bien après cet événement et cet article s’inscrit dans une réflexion globale sur le YT game.

Lors de la dernière Néocast, en regardant la liste des invité-e-s, j’ai pu constaté un truc bizarre. Cela fait un moment déjà que j’ai avalé la pilule rouge du féminisme, aussi quelque chose m’a immédiatement marqué : il n’y avait quasiment que des personnes identifiées comme étant des  mecs, et vraisemblablement des mecs cis. Croyant à une déformation professionnelle de mon regard de méchante féministe extrémiste, je me suis mise à compter #JAiFaitUnBacS.

Sur 50 chaînes annoncées, il y avait 4 chaînes tenues uniquement par des femmes et une chaîne mixte (je mets un peu à part la chaîne de + ou – geek parce que c’est un collectif avec beaucoup de gen-te-s dedans). Bref, on était à 10% de femmes et la grande majorité des gens trouvait ça normal. Je ne sais pas vous, mais personnellement, j’ai vraiment l’impression d’être prise pour un jambon.

Plusieurs personnes ont réagi sur les réseaux sociaux, chacun-e y est allé-e de son petit commentaire (y compris ceux et celles à qui on ne demandait pas leur avis). Un sujet est donc arrivé sur la table : la place & la visibilité des femmes et minorités de genre sur YouTube.

gif I'm a little bi-furious

J’essaye de t’expliquer pourquoi être une femme, être perçu-e comme une femme ou appartenir à une minorité de genre, c’est compliqué sur YouTube

1. Il faut apprendre à s’approprier son image

Gérer son image, c’est dur pour tout le monde, mais pour certaines personnes plus que pour d’autres. Ouvrons les yeux : la féminité est quasiment toujours dénigrée et ce, quelque soit le genre de la personne. On critique les filles trop fifilles, les mecs trop efféminés, les mecs trans trop féminins, etc. Et en même temps, une femme qui ne correspond pas aux standards féminins reçoit également des critiques. Parce que c’est bien connu, la première qualité d’une meuf, c’est d’être belle.

Les femmes et minorités de genre reçoivent des tas d’injonctions complètement contradictoires. Mets une jupe, mais pas une trop courte. Ne te maquille pas trop, mais un peu quand même. Sois féminine, mais fais attention à ne pas renforcer les stéréotypes. On ne sait plus où donner de la tête !

Et comme si cela ne suffisait pas, non seulement vous devez gérer votre propre image, mais vous devez également composer avec l’avis du monde entier sur votre physique. Les commentaires sur le physique des meufs ou personnes perçues comme meufs sont légions sur YouTube. Parfois il s’agit juste de lâcher un T bonne ou T moche, d’autres fois les personnes prennent le temps de développer leur analyse visuelle de la vidéaste sur plusieurs lignes (en bien ou en mal).

Qu’ils soient positifs ou négatifs, les commentaires sur le physique restent totalement hors-contexte (sauf peut-être dans le cas d’une vidéo mode et/ou beauté). Les internautes se permettent aisément de valider ou d’invalider l’apparence des personnes. Or, nous savons tou-te-s qu’il n’est pas forcément aisé de vaincre ses complexes ou d’apprendre à aimer son apparence.

Je vous laisse deviner l’épreuve que cela peut être lorsque tout l’internet décide de commenter votre physique.

gif doigt d'honneur

Suggestion de réaction face à un commentaire sur le physique

2. Il faut gérer les discours de haine à son encontre

En étant une femme, perçue comme une femme ou de façon générale si on rentre dans la catégorie « minorité de genre », il y a de très grands risques de se prendre du sexisme et/ou de la transphobie dans la figure. Pour en avoir discuté avec de nombreuses vidéastes, certains se sont clairement poser les questions :  est-ce que je vais savoir gérer les commentaires ? Est-ce que je vais supporter les commentaires sur mon physique ? Est-ce que je vais recevoir des menaces de viol comme les copines ?

En bref, on se demande si ce n’est pas trop dangereux de s’exposer ainsi à visage découvert sur internet. Avant même d’avoir commencé, certain-e-s ont peur. Et à raison ! Quand on voit l’article sur Ginger dans Buzzfeed, quand on écoute l’Emymyssion spécial youtubeuses ou qu’on suit simplement des vidéastes sur Twitter, force est de constater que les commentaires sexistes et transphobes sont monnaies courantes ! Quand ça ne va pas plus loin et que cela ne finit par en harcèlement, menaces de viol, menaces de mort.

gif troupeau de gnous du Roi Lion

Raid de haters, allégorie.

D’autre part, il faut également avoir conscience qu’il n’y a pas que le sexisme et la transphobie, mais également le racisme, l’islamophobie, le validisme, l’homophobie, la biphobie et j’en oublie. Certaines personnes peuvent ainsi subir différents types d’agressions à la fois, rendant leur situation d’autant plus difficile.

Je citerai en particulier le cas d’un média pour femmes lesbiennes/bisexuelles afro-caribéennes et la chaîne YouTube qui y était associée dont les deux fondatrices, des femmes lesbiennes noires, ont fini par tirer leur révérence, notamment suite à des menaces de mort. Je ne mettrais pas de lien vers le chaîne, vous comprendrez pourquoi.

De mon côté, très régulièrement je découvre des topics dédiés à ma personne sur divers forums moisis où je constate que certaines personnes évoquent la possibilité de me brûler ou me faire interner dans le meilleur des cas. Heureusement que depuis le temps, je suis blindée.

Gérer les commentaires méchants du style « c de la merde », c’est déjà compliqué quand on débute. Je vous laisse imaginer la force mentale nécessaire pour faire face à la haine des internautes.

 3. Il faut composer avec les discours dénigrant et critiquant la féminité

Qu’on se le dise, réduire les vidéastes femmes à la mode ou à la beauté, c’est nul. Mais encenser les vidéastes qui ne font pas de la mode ou de la beauté en considérant que des thèmes comme l’histoire, les jeux vidéos, la littérature ou la physique sont plus « nobles », c’est tout aussi pourri.

gif fuch that sexist shit

Quand tu es une femme ou perçu-e comme une femme sur Youtube, il y a deux possibilités :

  • Soit tu as choisi de parler de thématiques caractérisées « féminines » (mode, beauté, cuisine…) et on te reprochera de donner dans le stéréotype ou on supposera que tu n’es pas capable de faire autre chose.
  • Soit tu as choisi de traiter d’autres sujets dits « généraux » (histoire, cinéma, philo, maths…) et on se servira de toi pour casser du sucre sur les personnes appartenant à la première catégorie, tout en renforçant l’idée que ce que tu fais n’est pas « féminin » et donc par conséquent… « masculin ».

Le problème dans tout ça c’est d’abord qu’on renforce les stéréotypes de genre en présupposant que tout ce qui est lié à l’apparence est forcément féminin (car futile, bien entendu !).

gif rondoudou s'énerve

Ensuite, on dénigre à tort certaines activités sous prétexte qu’elles sont majoritairement pratiquées par des femmes car oui, le maquillage, la cuisine, la coiffure et la mode sont des pratiques créatives et artistiques.

Enfin, on perpétue des idées sexistes où les activités et passions supposées « féminines » sont considérées comme inférieures à celles identifiées comme « masculines ». Pire, on associe la neutralité à la masculinité. Les hommes feraient des contenus neutres/mixtes et les femmes des contenus féminins. Vous voyez le problème ?

4. Il faut parfois se lancer sans modèle ou avec peu de modèles

On pourra dire ce qu’on veut, mais avoir des modèles qui nous ressemblent, ça aide. Ça aide à prendre confiance en soi. C’est important d’avoir une inspiration, un modèle, un objectif à atteindre !

gif Mulan

Déso mais comprenez que ça peut être parfois difficile par exemple quand on est une meuf, de prendre pour modèle un gars barbu qui fait des blagues sexistes.

Heureusement maintenant, il y a des femmes cis et trans, des mecs trans, des personnes non-binaires sur YouTube, et pour parler de tous les sujets ! Alors il est vrai que parfois, leurs chaînes sont bien cachées et il faut les dénicher. Certaines de ces chaînes sont uniquement anglophones, mais peuvent servir de modèles malgré tout (pour peu qu’on comprenne un peu l’anglais…) (ou que la communauté ait écrit des sous-titres français !) ! A titre personnel, j’ai trouvé mes modèles en Claudia Boleyn et Ashley Mardell, deux vidéastes anglophones.

Les choses changent et la production de vidéos n’est pas réservée aux mecs cis ! Dire le contraire, c’est un mensonge.

gif mensonge

5. Et même quand on a réussi tout ça… peu de chances d’être mis-e en avant !

Des femmes et des personnes appartenant aux minorités de genre, il y en a sur Youtube. Et d’ailleurs parmi ces personnes, il y en a même qui font du très bon travail ! Pourtant, dans la quasi-totalité des événements dédiés aux vidéastes de Youtube, la majorité écrasante des invités sont des personnes identifiées comme des mecs cis, voire pire, les prises de parole leur sont quasiment exclusivement réservées (soit parce qu’ils prennent la parole eux-mêmes, soit parce qu’on leur donne).

Résultat, les femmes, les mecs trans, les personnes non-binaires se retrouvent sous-représenté-e-s dans les événements geek, les conventions, les médias. Ces personnes ont donc moins d’opportunité de mettre en avant leur contenu, par conséquence leur travail est moins vu, moins reconnu, elles bénéficient moins du processus de starification (qui est très très critiquable, mais qui existe) et sont donc moins invitées et c’est le serpent qui se mord la queue.

gif serpent qui se mord la queue

Je lance un appel à toutes les podcasts, conventions,  événements geeks, salons et autres festivals

Oui, c’est le rôle des organisateurs/trices de ces événements de faire attention, de remarquer les déséquilibres et d’agir en conséquence. Ce n’est pas normal de n’avoir que des personnes identifiées comme hommes cis (ou presque) autour d’une table. Désolé, mais ce n’est pas ça la vie, même sur internet.

Dans la vie, on rencontre des personnes très différentes les unes des autres et toutes ont quelque chose à proposer, à dire, à partager. C’est la même chose sur YouTube. Des chaînes, des vidéastes, il y en a des milliers. Les vidéastes peuvent être des hommes, des femmes, des personnes non-binaires. Tou-te-s créent des contenus différents qui méritent de retenir l’attention, que ce soit pour quelques minutes, quelques jours ou quelques années.

Maintenant je t’invite à prendre la pilule rouge et à suivre le lapin blanc au Pays des Merveilles en allant découvrir des contenus créés par les YoutubeuZ de MadmoiZelle, à suivre la page Facebook des Internettes ou le tumblr Youtub Her !

gif de la joie

A lire aussi :

signa

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Tu aimeras peut-être

7 comments

Delphine 20 février 2018 - 6h 51

Je trouve cet article très intéressant. J’ai depuis quelques semaines l’envie de faire de petites vidéos sur des sujets littéraires, mais je ne me lance pas par manque de temps. Je n’ai pas du tout envisage un tel comportement de certains internautes.
Par contre, certains comportements ressemblent davantage à tes rageux et des trolls qu’à de réelles personnes. Je suppose que quand tu es la cible, cependant, peu t’importe qui écrit puisque tu reçois quelque chose de blessant…
J’ai fait un article il y a peu sur la place des femmes dans différentes sociétés à différentes époques, mais je n’avais pas du tout cette notion en tête à ce moment.

Reply
julie 22 janvier 2018 - 18h 57

Je suis totalement d’accord avec cet article qui fait du bien! Il y a aussi des femmes qui se dénigrent et se comparent entre eux ou certaines féministes qui n’ont pas conscience qu’elles dénigrent en fonction des personnages féminins trop féminins ou « nunuche » qu’elles appellent etc il y a un BD « commando culotte » qui en a parlé aussi et a même reconnu qu’elle-même se sentait féministe mais dénigrait des personnages féminins trop féminins « nunuches » etc mais elle a compris c’est parce que les valeurs dites masculines étaient valorisés dans la société comme la force, l’autorité, la prise de risque et que les valeurs et qualités féminines comme la gentillesse, la générosité, la prudence, la beauté, le bavardage étaient complètement dévalorisés et c’est malheureux! Moi j’aime tout type de personnages féminins, ça peut aller aux personnages très féminins, à la garce etc oui j’aime les garce aussi! Il y a certaines personnes même des femmes qui critiquent la mode, le maquillage et les personnes qui aiment ça disant que c’est stéréotypé mais disons chacun ses goûts et moi en tant que féministe, j’adore la mode aussi! Comme modèles féminins surtout en séries tv, j’adore Charmed c’est pour moi une série féministe qui nous montre qu’on peut être une héroine forte en étant des sorcières mais on peut aussi en même temps que jouer les héroines, travailler, avoir une vie amoureuse, aimer prendre soin de soin et aimer le shopping et gérer une vie de famille aussi! Elles ont été comme des soeurs que je n’ai pas! En youtubeuses préférés, j’aime des youtubeuses mode comme booktubeuses et aussi youtubeuse comédienne comme Céline H., Fannyfique, il y a aussi des femmes sur youtube qui parle d’astronomie dont j’en connais une, une autre qui parle de cinéma, des youtubeuses gameuses aussi etc c’est assez bien représenté c’est juste que les youtubeuses sont moins connues que les youtubeurs ou alors c’est les youtubeuses lifestyle, maquillage et mode les plus connus et influentes. Il y a des vidéastes féminines dans une convention sur les jeux vidéos ont été invitées à parler et c’était très intéressant j’ai vu la vidéo sur youtube, elles donnaient leurs avis sur la place des femmes en tant que geek, que joueuses de jeux vidéos qui étaient plus critiquées et sujettes à des remarques sexistes ou sur leur apparence, coupe de cheveux etc, tes invitations à draguer aussi plutôt que sur leurs contenus :( je pense que c’est un grand pas mais qu’il reste encore du chemin à faire contre le sexisme surtout dans certains domaines comme le jeu vidéo dont parle le livre « allo sorcière viser la lune » d’anne-fleur multon que j’ai adoré!

Reply
trisha traughber 9 avril 2017 - 21h 28

Bonjour! Je suis contente que quelqu’un parle de l’internet et le sexisme confronté par les femmes. Je n’ai jamais osé me lancer sur YouTube et honnêtement, je ne sais pas si je le ferai un jour. J’ai une « collègue » en ligne (prof de langues) qui a crée un simple page facebook et elle a toute suite été inondée de commentaires hallucinantes. J’ai toute suite décidé qu’une page facebook n’était pas pour moi–un groupe fermé, peut-être. Par contre, qu’en pensez-vous de vimeo? On n’est même pas oblige d’accepter des commentaires. . .ou alors, il y a la possibilité de les effacer. . .dans le monde des profs, j’en ai vu pas mal qui ont quitté YouTube. Il n’y a pas encore autant de monde, mais je ne veux pas être connu par tout le monde!

Reply
Chris Bellabas 3 août 2016 - 18h 03

Merci pour cet article très pertinent -une fois encore-, Cordélia. Te lire est toujours un grand réconfort car tu es l’une des voix de toutes ces minorités -pas seulement celles qui te concernent, et je trouve que c’est ce qui fait de toi une personne si intéressante à lire.

Je te rejoins malheureusement dans le constat de la féminité quasi-systématiquement dépréciée (quelle tristesse de savoir que cela touche aussi le milieu littéraire quand on sait que certains lecteurs vont plus hésiter à acheter le livre d’unE auteurE, par peur qu’il ne soit question que d’histoires d’amour) et je salue le courage de toutes celles qui osent s’afficher sur le net malgré cela. Certains commentaires sont vraiment détestables, et j’ignore ce qui est le pire entre supposer que leurs auteur-e-s sont juste des genTes un peu bêtes, qui ne réfléchissent pas à la portée de leurs mots, ou qu’iels sont au contraire très conscient-e-s du mal que cela ferait à leur cible si elle les découvrait.

En tout cas, je suis content-e que tu fasses partie des Youtubz blindé-e-s car ton travail est trop intéressant pour laisser des torpilles de méchanceté ou de bêtise le faire couler !

J’espère que nous parviendrons à faire évoluer les mentalités petit à petit… (mais pas trop lentement non plus !)

PS : très bon choix pour les gifs-illustrations ! :p

Reply
11 meufs inspirantes à suivre sur YouTube - Mademoiselle Cordélia 31 juillet 2016 - 13h 17

[…] de haine sur Internet. D’ailleurs, j’ai récemment publié un article pour expliquer Pourquoi appartenir à une minorité sur YouTube, c’est si compliqué. Mais aujourd’hui, j’ai décidé de ranger mon armure et mon […]

Reply
Manon 30 juillet 2016 - 11h 38

Ton article me parle. Merci de l’avoir écrit, il m’aide à nettoyer mon esprit :)

Ça fait quelques temps que j’ai des idées pour des vidéos (de vulgarisation artistique), mais une des choses qui me bloquent le plus : mon apparence.
– Soit je me trouve trop moche (pas assez féminine) et j’ai peur que les gens ne regardent même pas 30 secondes de vidéo parce qu’ils n’aiment pas ma tête.
– Soit je me trouve trop belle (féminine). J’ai alors peur de recevoir des commentaires à caractère sexuels agressifs ou des personnes qui me disent que je suis superficielle.
– Ou alors, dans mes test de vidéo en voix off, je trouve que ma voix ne fait pas assez « pro ».
YOUHOUUU que je déteste être bloquée à cause de peurs qui n’ont rien à voir avec le contenu.
Heureusement, il commence à y avoir quelques jeunes femmes vidéastes qui peuvent me servir d’exemple et me tirer vers le haut ! Ça fait un bien fou ! Simplement, je me rend compte que j’ai perdu du temps pour « rien » : certaines de leurs idées je les avaient aussi sauf que moi, je n’ai pas osé. Dommage :) Bravo à elles.

(bien sûr, j’ai aussi des peurs et des doutes liés au contenu en lui même ou à la technique, mais ce n’est pas le sujet ici).

Reply
Chibi 21 juillet 2016 - 9h 54

Personnellement, je ne ressens pas le poids de la minorité sur mes épaules car je fais partie majoritairement de la veine « Booktube » qui est largement féminine. C’est assez confortable pour moi et je sors peu de ma zone de confort dans les vidéos, quand je fais des choses différentes, ça tourne autour du thé (cuisine en fait?) ou du DIY avec les bracelets brésiliens. Cela dit, je n’ai pas encore vraiment pris de commentaire méchant et rien encore à propos de mon physique… On a du m’oublier, ouf ^^
Mais je m’étais fait la même réflexion que toi pour la Néocast. Alors la question qui reste est: est-ce qu’il y a des filles qui ont été invitées et qui ont refusé l’invitation ou est-ce qu’elles ont été ignorées? En tout cas, ça interpelle de voir ce genre de différence!

Reply

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Ok En savoir plus