Accueil » Perso » TV, Ciné, JV » La série In The Flesh

La série In The Flesh

by Cordélia

Bonjour à tous et à toutes !

Le mois dernier, sur ma page Facebook, je vous demandais quels étaient les articles que vous préfériez sur mon blog. Non pas que je fasse tout en fonction de vous ! Vous savez bien que j’écris selon mes envies et mon temps libre, mais je trouve que c’est quand même bon à savoir, ce que vous préférez sur mon blog. J’ai notamment remarqué que vous étiez quelques uns à avoir apprécié mes critiques de films et de séries, alors que je n’en ai pas fait depuis… le 23 septembre, alors qu’avant je postais un article du genre tous les mois. Vous m’avez donné envie de m’y remettre ! Alors voilà, aujourd’hui je vous présente une petite série bien sympa, à savoir : In The Flesh (oui, « dans la chair » littéralement).

***

In The Flesh est une série fantastique et dramatique. Plus précisément, c’est une série « de zombies » , comme on commence à en voir pas mal depuis quelques années. Les zombies, c’est à la mode à ce qu’il paraît. Le fait est qu’on voit effectivement pas mal de séries et de films de zombies ces derniers temps. En tout cas, celle-là nous vient tout droit du Royaume-Uni (j’adore les anglais, je ne le dirais jamais assez). Elle a été produite pour BBC Three entre 2013 et 2014. Elle a été diffusée plus tard sur Canal+ Séries et Canal+ Frisson, mais elle reste quand même très underground en France.

Actuellement, il y a deux saisons d’In the Flesh. Une première saison de 3 épisodes d’une heure et une seconde de 6 épisodes, également d’une heure. De ce que j’ai vu, une saison 3 n’est pas à l’ordre du jour, même si la saison 2 termine sur une ouverture…

Le synopsis que vous pouvez trouver sur Allociné :

Quatre ans après sa mort, Kieren Walker reprend sa place au sein de sa famille et retrouve ses marques dans le village où il a toujours vécu. Personne pensait le revoir un jour. Seulement peu de temps après son décès, par une étrange nuit, des milliers de personnes décédées se sont réveillées. Après des mois de réadaptation et de médication, ces zombies sont aujourd’hui rendus à leurs familles…

L’histoire

Vous l’avez compris, c’est une série de zombies. Mais attention, nous ne sommes pas DU TOUT dans The Walking Dead ! Parce que les humains sont moins bêtes qu’ils en ont l’air et qu’ils arrivent à finir par contrôler la menace zombie. C’est vrai que dans la plupart des histoires avec des zombies, le monde entier se fait renverser en trois jours et ça finit par devenir l’anarchie totale. Les scientifiques sont bien sûrs de vraies billes dans leur domaine et ne trouvent aucun remède, l’armée n’a jamais pensé une seconde que cela pouvait arriver (je suis sûre que les ricains ont un plan en cas d’attaque de zombies, c’est bien le genre de la maison)… bref c’est la DÉBANDADE ! Comme dans le Roi Lion, avec le troupeau de gnous.

Dans In the Flesh, les hommes n’ont pas été trop bêtes. Ils ont réussi à contrôler la menace et surtout à trouver un remède pour remettre aux morts-vivants les idées en place. Ok, ce sont des morts-vivants, mais ils ne bouffent les gens pour rien, parce que c’est méga cool ! Non, ils font ça parce que leurs corps morts ne sécrètent plus d’hormones et qu’en gros, ils ne peuvent plus contrôler leurs pulsions primaires (en clair, bouffer tout ce qui bouge). La solution, c’est donc de leur injecter régulièrement les hormones qui leur manquent pour qu’ils redeviennent gens biens. Sauf qu’ils sont morts. Rien que ça.

Notre histoire, elle se passe dans un petit village bien paumé au Royaume-Uni. L’endroit où y a 95% de vaches et 5% d’habitants. Un genre de huit-clos, vous le voyez venir ? Tout le monde se connait, le cimetière est assez petit pour qu’on connaisse les morts aussi. Même si pas mal se sont fait exploser la cervelle durant la période où les zombies bouffaient tous les cerveaux qui bougeaient et qu’il n’y avait pas de remède.

Il y a un remède, c’est cool. Sauf que maintenant qu’on les a soigné, on en fait quoi des zombies ? Bah on les renvoie dans leur famille, et tant pis si quand ils étaient tarés, ils ont bouffé leur petite sœur. Oups, j’avais pas fait exprès. On leur donne leur traitement, du maquillage pour éviter de faire peur aux enfants et bon vent ! Démerde-toi pour vivre ! Enfin vivre… C’est pas évident quand on est mort. Ou presque.

Vous rencontrerez…

kieren in the flesh

Kieren est un peu le héros de la série, interprété par Luke Newberry. C’est le petit zombie qu’on suit depuis le tout début. On ne sait pas pourquoi il est mort aussi jeune et je ne vous gâcherai pas la série en vous le disant ! Non seulement il est mignon comme tout, mais en plus il est touchant et attachant. J’ai toujours envie de lui faire des câlins. Ce pauvre gamin se retrouve « en vie » alors qu’il devrait être mort et ce n’est pas très évident. Surtout qu’il encore des souvenirs de ce qu’il a fait AVANT de recevoir son traitement. Donc de quand il était un zombie avide de cervelle… Il ne le vit pas très bien, je ne vous le cache pas. Ses parents et sa soeur ne savent pas quoi faire pour lui, ni quelle place lui accorder. C’est vraiment très intéressant. Par ailleurs, c’est sa relation avec les autres morts-vivants qui va le faire « grandir » (en admettant que les morts puissent grandir haha).

rick in the flesh

Rick (David Walmsley) est le meilleur ami de Kieren. Ou du moins, il était. Il est mort lui aussi, et puis il est revenu comme Kieren. Clairement, on comprend qu’il y a un profond malaise entre eux et que leur amitié n’est plus ce qu’elle était. En plus, Rick a un père qui ne supporte pas les zombies. Mais son fils bien sûr, il est différent. Il n’est pas mort, il a seulement été blessé. La situation de Rick est elle aussi très touchante, il fait semblant pendant un temps pour faire plaisir à son père, jusqu’à ne plus supporter de cacher sa vraie nature. Et oui, il y a bien un double-sens…

amy in the flesh

L’actrice Emily Bevan joue la pétillante Amy, si tant est qu’on puisse qualifier une vampire de « pétillante » . Mais je vous jure que c’est le cas ! C’est sans doute le personnage qui vit le mieux son retour à la vie. Elle est comme elle est, elle profite du temps supplémentaire qui lui est accordé en riant. Au début, elle met du maquillage comme on le lui demande à la sortie du centre de soin… mais elle finit par se montrer sous son vrai jour, autrement dit comme une morte. Elle a un très grand rôle dans la saison 2, mais je ne vous en dis pas plus, à vous de le découvrir. En tout cas, sachez qu’elle apporte un véritable vent de fraîcheur dans cette série au grand potentiel plombant.

Jem in the flesh

Jem (Harriet Cains) n’est autre que la sœur de Kieren. Ils étaient proches, avant. Et puis Kieren est mort. Kieren s’est réveillé. Et Jem s’est retrouvée à se battre contre les morts-vivants, contre son propre frère peut-être ? Elle a fait partie d’une milice établie pendant cette période trouble, et elle aussi a fait des choses pas jolies-jolies. Au début, elle haït profondément Kieren et tout ce qu’il est devenu. Mais comme vous vous en doutez, petit à petit… elle change, elle qui se cache derrière ses airs de dure à cuire. C’est peut-être mon personnage féminin préféré !

simon in the flesh

Last but not least, Simon par Emmett Scanlan. Il n’arrive que dans la saison 2 alors ne l’attendez pas avant ! Au début, je ne l’aimais pas trop, je le trouvais inquiétant, vraiment pas net. C’est un mort vivant avec des idées très particulières, très endoctriné par… on ne sait pas vraiment qui. En tout cas, il croit au Second Réveil des morts. Tout reste très flou à ce sujet, je vous laisse découvrir les indices au fur et à mesure. En tout cas, il arrive au village avec une idée bien précise : trouver le premier mort à s’être réveillé car il aurait une importance capitale…

Mon avis sur la série In the Flesh

J’adore cette série, elle est tellement différente – selon moi – de ce qui se fait dans les studios américains, quand ça explose partout et qu’il y a une quinzaine de morts par épisode, plus le sang et les entrailles exposés à la vue de tous. Non pas que je n’aime pas les trucs badass du genre, mais parfois, ça fait du bien de regarder une bonne série comme In the Flesh. Selon moi, le but de cette série, c’est surtout de montrer des relations humaines, de confronter des personnages à la mort, de nous faire réfléchir à ce qu’est la mort justement, de nous confronter à l’inconnu, à l’étrange et de nous faire peur.

C’est assez lent, c’est souvent calme, mais c’est justement ce qui met toute cette tension. On ne sait pas grand chose sur les personnages au début, on est de suite plongé dans leur vie (ou leur mort) sans savoir ce qu’il s’est passé avant. Par exemple, on ne sait pas comment est mort Kieren au début, ni qui est ce Rick dont il est question et encore moins d’où sort Amy et à quoi elle sert dans l’histoire. Moi j’aime beaucoup. J’aime le rythme qui s’accélère dans la saison 2, les personnages auxquels on s’attache petit à petit, tous les retournements de situations et surtout la manière dont les informations sur ce qu’il s’est passé pendant la période de trouble où les zombies n’étaient pas sous traitement.

C’est fantastique, mais ce n’est jamais too much (comme dans the Walkind Dead par exemple). Ce n’est pas violent et pourtant l’histoire reste marquante. Les épisodes sont longs, on a le temps de se poser et de s’imprégner de l’atmosphère étrange que dégage cette série. Et il y a un autre petit truc qui personnellement, a fini de me faire craquer, attention c’est spoiler donc je le mets en blanc, surlignez pour lire : c’est la manière dont est présentée l’homosexualité de Kieren, jamais nommée, jamais évoquée. C’est latent depuis le début, personnellement je l’ai tout de suite senti et justement j’avais envie de savoir si j’avais raison ou pas. C’est beaucoup de silence, de moments de gêne et on comprend que dans ce petit village, c’est tabou, il ne faut pas en parler. Moi, ça m’a profondément touchée. On sent que si Kieren était aussi fragile émotionnellement, c’est bien parce qu’il ne pouvait pas montrer qui il était et en parler librement. Fin du spoiler.

La saison 2 se termine assez correctement, on peut supposer que l’histoire s’arrête là. Il y aura peut-être une saison 3, mais je n’ai pas trouvé de confirmation officielle. En tout cas, je vous invite à y jeter un œil si vous aimez l’étrange et les séries britanniques. Et si vous aimez la série française Les Revenants, alors je vous conseille vivement de regarder In the Flesh, je parie que vous allez aimer !

Et vous ?

Avez-vous vu In the Flesh ? Qu’en pensez-vous ? Avez-vous envie de tenter le coup après avoir lu ma chronique ? N’hésitez pas à vous exprimer dans les commentaires !

Tu aimeras peut-être

7 comments

GWENBE 11 mai 2015 - 12h 23

Bonjour.. j’ai découvert tout à fait par hasard la série « in the flesh » en en cherchant une autre dans la liste de séries que j’ai à dispo sur canalplay. Rien que l’image m’a plu .. Je suis fan du genre ;-) .. Je me suis demandée à ce moment là si j’allais la regarder car je n’ai que la saison 1 et juste 3 épisodes. Première réflexion faite à moi même : « pourquoi regarder un truc que j’adore alors qu’il n’y a qu’une saison dispo et 3 épisodes de la saison 1 ? « .. Mais je n’ai pas tenu longtemps et je viens de regarder les 3 épisodes de la saison 1. J’adore! Et du coup je suis venue direct sur mon ordi rechercher sur le net une explication au fait qu’il n’y ait pas plus d’épisodes et de saisons et j’ai trouvé votre blog . Alors merci de la réponse.. Par contre il faut que je me dépatouille pour trouver la saison 2 :-/ .. et j’espère qu’il y en aura une autre.. J’ai besoin de réponses à plusieurs de mes questions.. Et oui je fais partie de ceux et celles qui s’interrogent beaucoup lorsqu’ils/elles regardent et suivent films ou séries ;-) .. BONNE JOURNEE

Reply
AmandineDismoimedia 24 décembre 2014 - 3h 29

In the flesh ressemble souvent à un coup de poing. Un tel concentré de puissance. Les personnages ont une vraie épaisseur, parfois touchant et agaçant. C’est profondément humain et réaliste sur notre société. La série dénonce à merveille notre intolérance sans être lourde. Et le final de la première saison en forme de vengeance, ça faisait longtemps que je n’avais pas reçu une telle claque !
Ce que j’aime par dessus c’est tout les aspects évoqués par le thème. Il ne se sont pas limités au traitement du zombie/ monstre et ont explorés toutes les possibilités offertes pas le sujet. Une nouvelle preuve du savoir faire anglais en matière d’observation sociétale.
Ne t’étonnes de voir bientôt surgir un billet dessus, je ne te copie pas c’est juste qu’il traîne dans mes brouillons depuis longtemps ;)

Reply
Cordélia Reid 11 janvier 2015 - 23h 56

Je suis tout à fait d’accord avec toi !
Ce n’est pas juste une série avec des zombies, la série traite de sujets plus importants, c’est juste un prétexte.
Pas de souci, j’espère qu’on fera découvrir cette série à plein de gens !

Reply
Acr0 22 décembre 2014 - 17h 19

Quelle chronique :) J’ai adoré cette série qui utilise un angle de vue qui diffère (que ce soit des studios américains ou des séries de zombies). Mais je crois que la photographie, le traitement de l’information et la qualité de l’intrigue tiennent du fait que c’est produit par la BBC :)

Reply
Cordélia Reid 11 janvier 2015 - 23h 54

Oui c’est sur que la BBC est très très forte <3

Reply
Eclectik Girl 22 décembre 2014 - 10h 28

des mois que je me dis qu’il faut que je me mette a cette série !!
(mais faut que je termine the working dead, avant.)

Reply
Cordélia Reid 11 janvier 2015 - 23h 54

Allez c’est le moment !

Reply

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Ok En savoir plus