Accueil » Littérature » Être lecteur » Challenge littéraire : lectures de juin

Challenge littéraire : lectures de juin

by Cordélia

Bonjour à tous et à toutes !

Nous sommes en juillet et il est donc temps de faire le bilan de mes lectures de juin ! Ce mois-ci, j’ai l’impression d’avoir très peu lu. Pourtant j’ai lu un certain nombre de livres, mais c’était toujours ramassé sur une journée. Par exemple les deux premiers de mon bilan, je les ai lu en une journée. Et les deux derniers en une journée également. Autant dire que ça ne fait que peu de jours de lecture au total.

J’ai la chance de lire très rapidement, je pourrais avoir des bilans lecture bien plus long ! Mais je ne prends pas le temps. Cet été, j’ai bien l’intention de prendre davantage de temps pour lire, comme je l’explique dans mon dernier article.

En tout cas, c’est parti pour le bilan de mes lectures de juin ! Je vous donne mon avis sur mes différentes lectures en espérant que je vous donnerai envie d’en lire certains ! Il n’y a pas un livre que je n’ai pas aimé ce mois-ci !

Si vous souhaitez d’autres conseils de lecture, je vous invite à aller jeter un œil aux bilans de janvier, février, mars, avril et mai ~

Le monde de Charlie de Stephen Chbosky

Voilà un bon moment que ce livre est sur ma liseuse ! Quelques mois… et j’ai enfin trouvé le temps de le lire. J’avais repéré cette histoire grâce au film avec Logan Lerman et Emma Watson, ça devait être il y a un an ou deux, dans les couloirs du métro (oui, si longtemps que ça !). J’avais pu voir des gifs sur Tumblr, lire des critiques de blogueurs et je m’étais dit « il faut que je lise ce livre » . Ce jour est enfin arrivé. Je l’ai lu assez vite, en deux jours, j’ai tout de suite accroché.

C’est l’histoire d’un adolescent, Charlie, qui profite de son entrée au lycée pour commencer une nouvelle vie. On comprend qu’il est atteint de troubles comportementaux plus ou moins importants, qui font qu’il a du mal à tisser des liens avec les autres. Pourtant il sympathise avec un frère et une sœur de dernière année : Patrick et Sam. Charlie est doué en écriture, il est intelligent, il a appris à se battre pour se défendre et pourtant, il est toujours constamment dans son monde. Il fait beaucoup de choses dont il n’a pas vraiment envie pour suivre ses amis. Il tombe bien sûr amoureux de la jolie Sam qui ne le regarde pas de la façon dont il voudrait. Il essaye de soutenir tant bien que mal Patrick, secrètement amoureux de Brad, dans un milieu où il n’est pas bon d’être homo. Au fond, je me suis assez reconnue en Charlie. Ce petit Charlie qui essaye d’être dans le coup mais qui ne l’est jamais vraiment. Ou qui ne s’en rend pas forcément compte.

C’est un roman qui m’a beaucoup touché. J’ai adoré suivre ces personnages, j’avais envie d’en savoir plus sur eux, sur leurs vies, sur leurs amours, leurs futurs. Et Charlie… On a envie de le prendre dans nos bras pour lui assurer que tout va s’arranger. Ce qui lui arrive à la fin, la découverte de son passé au fur et à mesure est vraiment bouleversante. Je n’ai pas pleuré (ce sera le cas avec le roman suivant), mais j’ai été très émue. C’est une belle lecture pour adolescents, mais aussi pour les plus grands.

Nos étoiles contraires de John Green

Ça fait combien de temps qu’on me bassine avec ce roman ? Comme tous les best-sellers, on hésite parfois à le lire. Parce qu’on a peur que ce soit encore un truc commercial, le nouveau Marc Lévy ou d’être tout simplement déçu. Le problème avec les best-seller, c’est qu’on en entend tellement de bien qu’on s’attend à un truc incroyable. Sauf que dans les faits, ce n’est que rarement le livre de l’année. Bon, avec Nos étoiles contraires, c’est différent. Ok, ça fait partie des livres de l’année. Ou plutôt de l’année dernière, mais comme toujours j’ai un bon train de retard. Pour rester dans la même veine que Le Monde de Charlie, j’ai enchaîné sur un autre roman pour jeunes adultes dont ma copine Chloé du blog Métafaure m’avait beaucoup parlé. Selon elle, c’était très très cool. Et elle avait raison.

C’est l’histoire de Hazel Grace, atteinte d’un cancer, qui rencontre Augustus, en rémission. C’est vraiment extrêmement rare de lire des romans avec des personnages ayant un cancer, surtout pas des adolescents. Et c’est encore plus rare que le roman ne soit pas sur le cancer en lui-même. Parce que pour moi, Nos étoiles contraires, c’est avant tout une histoire d’amour. Ce sont deux jeunes adultes qui se rencontrent et qui tombent amoureux. C’est tellement beau, c’est une bouffée d’air pur, de fraîcheur. Et pourtant, on retrouve cette réalité poignante, terrifiante, car ils sont tous deux atteints du cancer. C’est un livre qui montre que la vie n’est pas toute rose et n’est pas toujours belle. Parfois c’est dur. Mais heureusement d’autres fois, on a envie de sourire comme des débiles. J’ai beaucoup souri avec Nos étoiles contraires, mais j’ai aussi pleuré comme une enfant sur les derniers chapitres, parce que je voyais la fin arriver et que je savais qu’elle n’allait pas me plaire.

C’est un roman vraiment très beau, très touchant. A lire juste après Le Monde de Charlie, c’est juste parfait. Je conseille vraiment ces deux romans, très différents, mais complémentaires.

La 5e vague de Rick Yancey

Changeons totalement de style avec La 5e vague. Pour le coup, j’avais envie de SF. C’est Marie-Sophie qui m’avait parlé de ce livre dans son commentaire sur mes lectures du mois de mai. Comme quoi je suis parfois les conseils qu’on me donne ! Bien sûr, je ne peux pas lire tous les livres dont vous me parlez, mais quand ça me correspond, je jette un œil ! En tout cas, en même temps que je revoyais des films comme Independance Day et Contact, j’ai lu La 5e vague. C’est vraiment un excellent livre, une autre découverte du mois ! Et je suis vraiment contente qu’il y ait une suite parce que la fin est un peu frustrant. Et puis, ça fait plaisir d’avoir enfin de nouvelles trilogies à attendre, j’avais l’impression que depuis la fin de Harry Potter, je n’avais plus rien de ce genre à me mettre sous la dent.

La 5e vague raconte l’histoire de survivants après 4 vagues d’attaques extraterrestres sur Terre. Ce n’est pas comme dans les films : les extraterrestres sont intelligents. Ils ne préviennent pas en arrivant, ils ne contactent pas le président des Etats-Unis et ils n’attaquent pas comme des cons avec leurs vaisseaux spatiaux. Quand ils arrivent pour attaquer, ils sont préparés. Ils ont étudié leur coup depuis des années, ils savent comment procéder et les humains qui pensent pouvoir les contrer se mettent le doigt dans l’œil jusqu’au coude.

Ce bouquin est vraiment prenant. Il est assez long, j’ai mis plusieurs jours à le terminer (fait assez rare pour être noté) et il s’y passe vraiment plein de trucs. J’ai littéralement dévoré la seconde moitié de ce livre tellement j’avais envie de connaitre la fin. J’ai dû le terminer vers 2 ou 3h du matin, comme quand j’étais gosse et que je refusais de lâcher mon livre avant de l’avoir fini. Je n’ai pas vraiment eu de sympathie envers l’héroïne qu’on suit la plupart du temps, mais les personnages autour d’elle comme son petit frère et le mec qu’elle finit par bécoter sont absolument géniaux. On a une petite histoire d’amour, j’avais un peu peur que ce soit surfait, mais en fait, c’est absolument parfait. Dosé juste comme il faut pour nous mettre la larme à l’œil. Et tout le concept du livre, l’intrigue avec les extraterrestres, les extraterrestres en eux-mêmes… Gé-ni-al. J’adore, je suis fan et je veux le tome 2 !

les années traversières Nicolas BleusherLes années Traversière de Nicolas Bleusher

Si Nicolas Bleusher ne m’avait pas directement contacté via Facebook, nul doute que je n’aurais jamais lu son livre, pour la simple et bonne raison que je n’en aurais jamais entendu parler. Mais heureusement, il me l’a envoyé par mail et aujourd’hui, je peux donc vous en parler et vous le conseiller ! En effet, ça aura été l’une des découvertes du mois. Le récit est très court, ou alors je l’ai lu très vite sur ma liseuse. En tout cas, j’ai trouvé le style vraiment prenant. J’avais un peu l’impression d’être dans la tête du personnage principal, un peu comme si j’entendais sa voix à mon oreille. C’est très oral et en même temps littéraire, ça m’a fait l’effet d’une voix off dans un film. Je voyais les scènes et j’entendais cette voix off commenter ce qui se passait.

Les années Traversière raconte l’histoire d’un homme habitant Rue Traversière, à Paris (pas très loin de chez moi !). C’est l’histoire de deux garçons qui s’aiment, comme le dit si bien l’auteur et il se trouve que c’est vraiment beau. C’est une histoire assez simple, mais vraiment très émouvante, j’ai eu la larme à l’œil à la fin du livre. Je trouve qu’il y avait un petit côté Le Bleu est une couleur chaude au niveau de l’ambiance. J’ai aussi beaucoup aimé le fait que le récit soit bien ancré dans Paris, c’était vraiment très réaliste. Connaissant assez bien les quartiers où se déroule l’histoire, j’avais l’impression d’y être.

Une très belle découverte ! J’espère que vous aurez envie de lire ce livre parce que je pense qu’il vaut le détour.

J’irais cracher sur vos tombes de Boris Vian

Ce livre a longtemps été mon livre préféré. Il fait partie de mes préférés encore aujourd’hui, mais j’aurais bien du mal à faire un classement… J’ai enfin décidé de le relire alors qu’il était dans ma PAL depuis très longtemps. Je ne suis pas déçue, mais j’avais oublié à quel point c’était violent. Quand je parle de violence, je ne pense pas à du sang, des morts. Non, je parle ici de violences sexuelles, et au pluriel, tout ce qu’il y a de plus horrible. Ce livre a été interdit pendant un temps, qualifié de pornographie, je comprends pourquoi. Mais c’est aussi ce qui fait toute la force de ce film. Je ne dirai pas que c’est beau, mais il y a quand même quelque chose au milieu de toute cette violence crue. C’est frappant, c’est un livre qu’on ne peut pas oublier, les images restent en tête bien après qu’on ait refermé le livre. Et on peut éprouver une forme de fascination effrayante.

C’est l’histoire de Lee, un homme métisse à une époque où les Noirs avaient encore bien des difficultés au Sud des Etats-Unis… Et quand je dis « difficultés » , c’est un moindre mot. Le frère de Lee a été lynché à mort pour être tombé amoureux d’une Blanche. Ambiance. Le métissage de Lee n’est pas du tout évident, il se fait passer pour un Blanc et cherche à venger son frère. Il est complètement tordu et il éprouve une forme très étrange de haine envers les femmes blanches. Il faut être bien accroché pour lire ce livre, les dernières pages sont vraiment très dures. Mais ce livre, il a quelque chose. Dans l’écriture, dans l’histoire, dans le thème. Je le trouve fascinant, je n’arrive toujours pas à le comprendre et c’est sans doute pour ça qu’il me plait autant.

les deux tours le seigneur des anneaux tolkien

Les deux tours de J.R.R. Tolkien

Forcément… J’avais commencé à re(rerere…)lire ce livre en mai et je l’ai finalement repris fin juin alors qu’il commençait à prendre la poussière sur ma table de nuit. Forcément, j’ai adoré. Ce n’est vraiment pas mon tome préféré, je préfère nettement Le Retour du Roi, mais ça reste un tome du Seigneur des Anneaux. Si vous avez oublié l’amour que je porte à Tolkien, je vous invite à lire l’article où je raconte comment il a bouleversé ma vie. En tout cas, j’étais contente de pouvoir relire Les Deux Tours.

Pour ceux qui auraient oublié où se situe ce tome dans l’histoire, il raconte – en gros – le passage d’Aragorn, Legolas et Gimli en Rohan, la découverte de Fangorn par Merry et Pippin, le retour du magicien blanc et le voyage de Frodon et Sam jusqu’à l’entrée en Mordor, en compagnie de Gollum. C’est un tome assez dense en action, surtout par rapport à La Communauté de l’Anneau. Je préfère le livre III avec l’histoire d’Aragorn, Legolas et Gimli, j’irai même jusqu’à dire que le livre IV avec Frodon et Sam est un peu ennuyant sur les bords. Ma partie préférée reste le moment où Gandalf libère Theoden et qu’ils vont ensuite au Gouffre de Helm.

Il y a de nombreuses différences avec le film. Franchement, le coup des elfes au Gouffre de Helm… c’est quand même cool et j’arrive presque à regretter que ça ne soit pas dans les livres. J’ai trouvé Faramir moins subtil dans le livre, alors que dans la petite scène du film, je lui avais trouvé plus de relief. Mais j’adore les moments avec Sylvebarbe dans la forêt, les femmes Ents, les chansons et tout ce qui va avec ! Et il y a aussi les scènes de Merry et Pippin avec les Orcs. Bref, ça faut du bien de se rafraîchir un peu la mémoire.

Et vous ?

Qu’avez-vous lu ce mois-ci ? Avez-vous fait de bonnes découvertes ? De mauvaises ? Avez-vous déjà lu les livres que j’ai présenté ici ? Avez-vous un avis à donner ? N’hésitez pas à utiliser les commentaires !

signature mademoiselle cordélia

Tu aimeras peut-être

6 comments

Imen 29 juillet 2014 - 2h 49

Coucou,

Eh oui c’est encore moi ! ;) Tout comme toi j’adore « Nos étoiles contraires ». Pas seulement parce que c’est le dernier livre à la mode, mais parce que je trouve que John Green cherche vraiment à transmettre des émotions profondes à travers son bouquin. Je sais pas trop si tu connais bien l’auteur, mais je veux dire, aucun des nombreux bouquins que j’ai lu de lui ne contient pas de réel message philosophique. Ce n’est pas écrit noir sur blanc bien sûr, il faut savoir décrypter le sens si subtil de l’histoire tandis que les personnages sont tout aussi complexes. Personnellement « Nos étoiles contraires » est le livre de John Green que je préfère avec « Qui es-tu Alaska ? ». Franchement si tu as aimé « Nos étoiles contraires », je te le conseille vraiment ! L’histoire est bien différente mais mêle problème d’adolescents, coups de folie, amitiés fortes… Bref, je pense vraiment que ça pourrait te plaire.

« Le monde de Charlie », j’ai depuis longtemps envie de le lire, parce qu’il me fait justement beaucoup penser à « Qui es-tu Alaska ? ».

A bientôt. :)

Imen

Reply
Cordélia Reid 29 juillet 2014 - 23h 07

Je suis tout à fait d’accord avec toi !
Je n’ai pas lu Qui es-tu Alaska ? mais il se pourrait fort que je m’y mette :D
Merci beaucoup du conseil ^^

Reply
Agathe C. Remy 23 juillet 2014 - 15h 50

Ça fait plaisir de lire une critique positive sur Nos étoiles contraires que beaucoup s’acharnent à critiquer car trop cliché et niais. Critiques dans lesquelles je ne retrouve pas du tout d’esprit du livre! Au contraire, je trouve merveilleux que John Green ait réussi à faire rire avec un sujet aussi lourd, et à nous présenter comme des êtres humains des gens qu’on nous apprend à voir comme des « malades », et non plus comme des individus.
Donc, MERCI CORDELIA :) <3

Reply
Cordélia Reid 23 juillet 2014 - 17h 00

Ah bon j’avais au contraire l’impression que tout le monde trouvait ce livre super x) pour le coup je ne l’ai pas du tout trouvé cucul la praline ! Merci pour ton commentaire ^^

Reply
cyan 4 juillet 2014 - 11h 55

Tu m’as donné envie de lire La 5e Vague ;)
Je ne suis pas près de venir au bout de ma PAL…

Reply
Cordélia Reid 11 juillet 2014 - 7h 11

De rien, il est cool ce livre ^^

Reply

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Ok En savoir plus