Accueil » Littérature » Être lecteur » La révolution liseuse et le livre électronique

La révolution liseuse et le livre électronique

by Cordélia

La révolution liseuse et le livre électronique

Bonjour à tous et à toutes !

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler d’un phénomène assez récent, bien qu’il ne soit pas non plus si nouveau qu’il en a l’air : la révolution liseuse et le livre électronique. J’entends déjà des hurlements scandalisés et des petits cris outrés de la part des plus conservateurs d’entre vous. C’est horrible, le numérique TUE l’industrie du livre, bientôt il n’y aura plus du tout de livres ! Mais bien sûr. Et bientôt il y aura des grosses étiquettes « le numérique TUE les bébés pandas » sur les emballages des liseuses à la Fn*c. Calmons-nous si vous le voulez bien, éteignez les torches et échangeons entre personnes civilisées.

L’année dernière, après moult hésitations et débats intérieurs, j’ai fini par faire l’acquisition du devenu célèbre Kindle d’Amazon, noir, 15 cm, avec affichage « encre électronique », pouvant être connectée au Wi-Fi. Bref, la plus simple des liseuses que j’avais trouvée, avec des boutons (surtout pas de tactile), pas chère par rapport au prix des autres, sans rétro-éclairage pour me tuer les yeux. Attention : une liseuse n’est pas une tablette, ça n’a absolument rien à voir. Une liseuse, c’est fait pour lire des livres et l’écran est étudié de manière à ressembler à la page d’un vrai livre de telle manière que le cerveau ne se rend pas compte que c’est un écran (donc, pas de rétine endommagée). Une tablette, c’est comme un petit ordinateur avec un écran type ordinateur qui aura le même effet qu’un ordinateur, un smartphone, une télévision, une GameBoy sur votre cerveau. Il existe des liseuses rétroéclairées maintenant, certes, mais je me demande si ça ne fait pas un peu mal à la tête. En général quand on n’a pas assez de lumière pour lire… on allume la lumière.

Pourquoi se mettre à la liseuse ?

Ma réponse tient en une phrase : parce que c’est pratique. C’est aussi simple que ça. C’est pratique. On peut l’emmener partout, elle pèse quelques grammes, elle tient très bien dans mon mini-sac et surtout… je peux stocker des centaines de livres dessus. Je suis une grosse lectrice (pas dans le sens que je suis grosse !) et un livre, il me fait rarement plus de deux jours si l’histoire m’intéresse et que le livre est d’une taille raisonnable (pas les 1000 pages de Anna Karénine). Donc en vacances, quand je prends le train, ou même dans le métro, j’ai souvent besoin de plusieurs livres. Au moins deux. Au cas où j’en finisse un. Vous avez déjà connu la frustration de finir le tome 1 d’un livre dans le train et de devoir attendre d’être rentré chez vous ou pire, passé à la bibliothèque, pour avoir le tome 2 ? Eh bien avec la liseuse, le tome 2 est accessible directement.

Par ailleurs – et j’imagine que d’autres jeunes comme moi sont dans ce cas – la bibliothèque de ma chambre d’étudiante est relativement restreinte. Ma bibliothèque, c’est la bibliothèque familiale, celle qui est dans la maison de mes parents. Et non, je ne peux pas embarquer une valise entière de ces livres au cas où j’aurais envie de les lire pendant l’année. Déjà parce que je ne saurais même pas où les ranger… Je veux pouvoir lire sans m’arrêter, sans avoir besoin qu’un inconnu rende le livre que j’ai envie de livre à la bibliothèque municipale. En plus, je ne paye pas la bibliothèque municipale jusqu’à preuve du contraire. C’est gratuit, je ne paye pas l’auteur en empruntant des livres à la bibliothèque.

J’avais complètement arrêté de lire, c’est un fait. Parce que je n’avais pas de livres à disposition, parce qu’un livre ça coute cher et comme vous avez pu le constater j’en lis environ 6 par mois. En moyenne, disons qu’un livre c’est 10 euros. 10 x 6 = 60 euros ? Impossible. Et puis, j’ai acheté une liseuse. Je travaillais à une heure de chez moi, ça a duré 3 mois et j’avais souvent de longues pauses à midi et donc j’avais beaucoup de temps où je ne faisais pas grand chose. Sans ordinateur. Au début je me trimbalais l’intégrale de Game of Thrones ou les Frères Karamasov. Autant vous dire que mon sac souffrait, et mon épaule aussi. Je n’étais vraiment pas pro-liseuse avant, je trouvais le concept étrange et je disais des trucs du genre « mais rien ne remplace le toucher du livre papier » . Puis j’en ai acheté une, de liseuse. Et je me suis rendue compte que j’avais été bien débile de faire ma snob durant des années.

Ma liseuse, je l’ai tout le temps sur moi. Elle est dans mon sac, elle ne pèse rien et ne prend pas de place. Résultat, je lis partout. Oui, c’est la même chose avec un livre papier, mais il faut penser à le prendre, le livre. Et j’ai une sale tendance à lire plusieurs livres en même temps, en fonction de mon humeur du moment. Avec ma liseuse, je peux enfin avoir plusieurs livres sur moi où que j’aille. J’ai recommencé à lire. J’ai découvert les livres numériques. Non, je n’ai aucun scrupule à me procurer sur internet des livres que j’ai déjà dans ma bibliothèque. Je peux avoir mon intégrale de GoT, mon Seigneur des Anneaux, tous mes Harry Potter, mes dernières trouvailles, tout ça en quelques grammes.

Par ailleurs, je suis depuis longtemps une grande amatrice de livres ou récits publiés librement sur internet (je pense à fanfiction.net et à fictionpress.net par exemple). Je peux ENFIN les lire ailleurs que sur mon ordinateur et donc ne plus avoir mal à la tête à cause de l’écran. Quand un ami écrivain m’envoie son livre ou sa novella par mail : hop je le convertis en ebook et je le mets sur ma liseuse ! Je peux aussi mettre mes cours puisque je les tape à l’ordinateur.

J’ai découvert le monde merveilleux de l’édition numérique avec des éditeurs intelligents qui ont compris que vendre un ebook au prix d’un livre papier, ce n’était pas possible et qu’il valait mieux vendre plein de livres à petits prix que pas du tout. Bien sûr, il y a des éditeurs un peu débiles qui vendent des ebook plus de 10 euros. Comment leur dire… je passe mon chemin. J’en viens donc à l’argent, à l’industrie du livre et donc à cette question que tout le monde se pose…

Le livre électronique tue-t-il l’industrie du livre ?

La réponse tient en un mot : non. Le numérique ne tue pas le livre. Mon raisonnement est très simple. Qui achète des liseuses ? Qui en a l’utilité ? Les grands lecteurs. Je veux dire, la personne qui achète un livre par an pour lire sur la plage (souvent le dernier Musso… mais c’est un autre débat) n’a pas besoin d’acheter de liseuse. La plupart des gens ne comprendraient même pas l’intérêt de pirater un livre, tout simplement parce qu’ils ne lisent pas. Donc je pense que les liseuses et le livre numérique concerne des personnes qui lisent plusieurs livres par mois (sinon je ne pense pas que la liseuse ait un intérêt).

Personnellement je lis entre 5 et 10 livres par mois. Clairement, je ne les achète pas tous, ce n’est pas possible et c’est sans doute le cas de nombreux grands lecteurs. Avant, j’allais à la bibliothèque, au CDI de mon lycée. Après, j’ai arrêté de lire, tout simplement, le cas était réglé. Donc comme je ne lisais plus, je n’achetais plus de livres. Maintenant que j’ai ma liseuse et que j’ai repris la lecture, j’achète à nouveau des livres ! Des livres numériques… mais aussi des livres papier ! Un grand lecteur aime les livres et il aime les posséder matériellement, se constituer une belle bibliothèque. Donc même s’il pirate un ou deux bouquins de temps en temps, les livres en question sont souvent déjà dans sa bibliothèque et s’il l’a aimé, il le sera prochainement. Notamment parce qu’il espère pouvoir se le faire dédicacer au prochain Salon du Livre.

D’autre part, l’industrie du livre numérique… est une industrie du livre ! Il y a des maisons d’édition qui ne font que du numérique. Il y a aussi des auteurs qui s’auto-publient sur internet grâce au numérique. Résultat on n’est plus restreint par le choix dans la librairie du coin ou la bibliothèque municipale, on a accès à bien plus de livres et d’auteurs différents.

Le livre numérique est un nouveau support, mais il ne tue pas le livre. Le livre papier connait bien des difficultés en ce moment, mais le livre numérique n’est pas responsable. Peut-être faut-il blâmer la télévision, les jeux vidéos, les applications débiles sur smartphone ? Je n’irais pas sur ce terrain, mais si on réfléchit cinq minutes, on peut se poser la question.

Et après ?

Est-ce que le numérique va détrôner le papier ? Est-ce qu’on va arrêter d’acheter des livres en librairie ? Franchement, je n’en sais rien. J’aurais tendance à penser que ces deux industries vont coexister, parce que je ne peux me passer du plaisir de tourner les pages d’un livre, quand bien même je ne lis presque plus que sur liseuse. Aller en librairie, acheter un beau livre, aller en bibliothèque… ce sont des habitudes et des plaisirs dont je ne peux me défaire et je pense que cela doit être le cas de beaucoup de personnes. Je refuse de penser que le livre est sur le déclin, pour moi ce n’est pas possible. Je ne vais pas dire « la lecture, c’est toute ma vie » et je déteste les gens qui disent ce genre de choses, mais il y a quand même un peu de ça. Un petit peu.

En tout cas, je n’arrêterai pas d’acheter des livres, qu’ils soient numériques ou papiers, de la même manière que j’aime acheter un CD ou un DVD. Il ne faut pas être parano et profiter au maximum des nouvelles possibilités que nous offre l’électronique et le numérique. Ce serait vraiment trop bête de s’en passer.

Et vous ?

Avez-vous une liseuse ? Laquelle avez-vous choisie ? Pourquoi ? Pour ou contre la liseuse ? Pourquoi ? Achetez-vous beaucoup de livres numériques ? Avez-vous l’impression que depuis que vous avez une liseuse, au contraire vous achetez plus de livres que d’habitude comme moi ? Ou l’inverse ? N’hésitez pas à laisser votre avis en commentaire !

On se retrouve sans doute ce week-end pour un nouvel article ! Sinon j’ai l’habitude de poster mes coups de cœur de la semaine sur mon blog d’humeurs le jeudi ou le vendredi, donc si ça vous intéresse…

Tu aimeras peut-être

26 comments

Livre audio avec Audible : mon expérience 21 décembre 2017 - 18h 35

[…] Réflexions de lecteur […]

Reply
BJO 2 avril 2015 - 19h 36

Si je lis beaucoup sur ma liseuse, ma bibliothèque matérielle est bien plus conséquente. Ma bibliothèque numérique est surtout constituée de classiques et de romans que je possédais déjà en format papier, plus pratique quand on part en vadrouille :)

Sinon, avec le numérique qui envahit toujours plus notre quotidien, il n’est pas dit que le livre numérique ne devienne pas la norme d’ici quelques dizaines d’année. Il ne faut perdre de vue que l’évolution de livre et de son support va de paire avec un lectorat toujours plus large.

A chaque évolution un lectorat plus important.

Avant le livre numérique, le livre imprimé qui a donné un sacré coup de boost à la diffusion du livre, merci Gutenberg.
Avant le livre imprimé, le codex ou livre manuscrit – devinez donc d’où vient l’expression « travail/patience de bénédictin » – la loi du commerce est toujours la même, plus c’est long à produire plus faut débourser.
Et avant le codex, le parchemin généralement réservé à un élite et qui ne s’est pas laissé détrôné aussi facilement – deux siècles pour que les codex soient acceptés comme étant des livres à part entière !

Coïncidence ou non, mon dernier billet traite de la notion même du livre ^^

Reply
Cordélia Reid 6 avril 2015 - 19h 48

Je suis tout à fait d’accord avec toi, les évolutions en matière de littérature ne sont pas toujours le mal absolu, la preuve avec les exemples du passé ^^

Reply
Sophie (@MovieAddicTblr) 17 juillet 2014 - 15h 30

J’ai acheté un KINDLE il y a maintenant presque 3 ans, parce que j’ai commencé un an avant à lire en anglais et que le kindle a un dictionnaire intégré ! (parce, franchement, qui s’arrête en plein milieu de l’action pour chercher UN mot au dictionnaire ?! puis si on a pas son dictionnaire sur soi…)

La seconde raison : l’impatience. Avec une liseuse électronique, fini l’attente, je fini un livre, et PAF, dès que je suis connectée au WiFi, j’achète la suite !

La troisième : le prix et la facilité. Acheter des livres en anglais en Belgique, c’est plus cher et plus compliqué en papier.

Et la quatrième : l’aspect pratique. Le gain de place est monstre, on a tout dans la liseuse et donc : en voyage, on a tout avec soir ; à la maison, on a plus de place dans les étagères… (pour la collection intégrale illustrée et signée par Alan Lee du Seigneur des Anneaux, l’intégrale d’Harry Potter, etc.) Bref, ces livres qu’on aime lire, relire, re-relire…

Seul GROS inconvénient pour moi : on ne peut pas prêter le dernier livre trop bien qu’on vient de finir…

Et autre excellent avantage : si on lit en anglais, on peut même précommander les livres et quand on fait une synchro comme moi hier soir « ooh, le troisième tome de All Souls est sortiiiii et je l’ai, je peux le lire là, maintenant, tout de suiiiiite… mais faut que je termine GoT, la trilogie Divergent, la trilogie Maze Runner… oh, et puis tant pis, lire 7 livres en même temps, c’est tout à fait possible ! je suis multi-tâches ! »

:-p

Reply
Cordélia Reid 17 juillet 2014 - 21h 10

Oui c’est sûr qu’avec le dico, c’est aussi vachement pratique ^^
Franchement, je ne trouve que des avantages à la liseuse. Même si oui, ne pas prêter son bouquin… et encore ! Tous les livres ne sont pas forcément avec le bloqueur relou anti-pirate débile (qui sert à rien puisqu’on peut toujours trouver le dit bouquin en téléchargement gratuit…)
Merci pour ton commentaire ^^

Reply
Morgwen 22 mai 2014 - 10h 52

Un point de vue éditeur sur la « rumeur » que le numérique tue le livre papier. Aux éditions HPF, on a publié un recueil de nouvelles. La majorité de nos acheteurs sont des membres de la communauté, des habitués d’internet et des technologies numériques… et sur nos ventes, on a eu environ 10% de numérique pour 90% de papier, alors que le numérique était deux fois moins cher.
;)

Reply
Cordélia Reid 24 mai 2014 - 1h 32

Eh oui, le livre continue d’avoir la cote ^^ merci de ton passage !

Reply
Tess 20 mai 2014 - 15h 11

Tu m’as donnée une autre vision de la liseuse et j’avoue que, même si ça m’intéressais déjà un peu, je redoutais ce manque de contact avec le papier, l’odeur si familière et puis tout le reste qui fait qu’un livre est un livre.
Mais je suis comme toi, à lire plusieurs livres par mois, qui plus est en même temps, et donc je pense que je vais finir par opter pour une liseuse. J’aurais cependant besoin d’avis et d’un coup de main pour maîtriser « la bête » !

Reply
Sphinxou Hyde 9 mai 2014 - 19h 14

Article très intéressant, je suis plutôt d’accord avec ce que tu dis :)
Je lis pas mal sur ma liseuse, et surtout en voyage etc , et c’est très pratique, même si mes livres papiers me restent indispensables :)

Reply
Cordélia Reid 9 mai 2014 - 19h 40

Merci ^^
Je suis d’accord avec toi, le livre papier reste quand même indispensable et il me serait impensable de m’en parler (pour le moment)

Reply
Parole de Lea 9 mai 2014 - 16h 29

Rien ne vaut un beau livre !!! Je n’aurai donc pas de liseuse !! =)

Reply
Cordélia Reid 9 mai 2014 - 19h 41

Rien ne vaut un beau livre, c’est vrai, c’est l’objet, le toucher ^^
Mais comme je l’ai dit, beaucoup d’auteurs ne publient qu’en numérique et il serait dommage de passer à côté ;) En plus c’est pratique ^^

Reply
Amandine 9 mai 2014 - 16h 19

Je dois t’avouer qu’avant j’étais assez perplexe car je suis une grande adoratrice des livres papier mais au fur à mesure je me dis pourquoi pas :) c’est tellement pratique et moins cher au coût que je risque d’y passer ^^

Reply
Cordélia Reid 9 mai 2014 - 19h 41

On peut être une grande adoratrice de livres et avoir une liseuse ! J’ai une amie qui achète des dizaines de livres papier par mois tout en ayant sa liseuse ! :D

Reply
Poppy 8 mai 2014 - 9h 40

Salut !

Alors je suis parfaitement d’accord avec ton raisonnement.
Personnellement, j’aime les livres, tourner les pages, les renifler aussi (et oui…) et pourtant, pour question financière surtout (acheter des classiques à 10euros le livre, tombés dans le domaine public est plutôt un gros budget), j’ai vite compris qu’acheter une liseuse serait plus dans mes cordes et amorti en un mois ou deux. J’avoue quand même qu’il m’a fallu une certaine opportunité (travailler en librairie et bénéficier d’avantages financiers), car je n’étais vraiment pas pour lire de cette façon.
Après effectivement c’est plutôt bizarre au départ. En faisant coulisser les pages, mes yeux avaient l’habitude de partir sur la droite en dehors du cadre de la liseuse pour se poser… dans le vide du coup. Bref, il y a quand même une habitude à prendre.
Cependant, un livre que j’ai aimé et découvert sur ma liseuse finira forcément dans ma bibliothèque en format papier. Donc je dirai oui, que les liseuses ne s’adressent pas à tout le monde, surtout aux amoureux de la littérature, des livres justement.

Pour finir, j’ajouterai qu’il y a quelques années, des études avaient été faites sur une problématique un peu similaire : est-ce que le prêt en bibliothèque n’avait pas un impact sur la vente de livres ? Est-ce que les boîtes d’édition n’étaient pas perdantes ? Il s’est avéré que non, puisque les plus gros emprunteurs en bibliothèque sont les plus gros acheteurs de livres. Pour moi, la liseuse a la même conséquence et donc le livre numérique ne détrônera pas le format papier.

Reply
Cordélia Reid 10 mai 2014 - 16h 43

Oui moi aussi j’ai vite fait le calcul et ai pu constater que ma liseuse serait vite rentabilisée !
Mais c’est sûr qu’il faut un petit temps d’adaptation ^^
Et ta comparaison avec le prêt en bibliothèque est tout à fait pertinente.
Merci pour ton commentaire :)

Reply
dode 7 mai 2014 - 20h 50

Bonsoir,

J’en suis venue à acheter une liseuse à force d’entendre mon mari me menacer de faire un feu de joie de mes livres qui s’empilaient dans presque toutes les pièces de la maison et surtout quand j’ai calculé mon budget livre! Ben parce qu’ 4 ou 5€ le livre je ne m’étais pas rendu compte de ce que cela me coutait.
Alors un jour j’ai franchi le pas, actuellement j’ai une sony prs-t1 avec en plus l’étui de protection avec la petite lampe. Je ne peux plus m’en passer, ma liseuse me suis partout il faut dire que j’arrive à lire jusqu’ à 2 livres de poche par jour sinon en moyenne je dois lire 5 à 7 livres par semaine.
Je n’ai pas honte de « pirater » des livres car se sont des livres que je n’achèterais pas mais que j’emprunterais par contre j’achète toujours les livres qui m’ont vraiment plus pour pouvoir les relire plus tard ou les auteurs que j’adore. J’ai donc fait une sélection des livres que je possédais, j’en ai donné un certain nombre, récupéré d’autres au format epub et pu faire de la place pour mes futures acquisitions et mon mari a arrêté de râler!
Je ne regrette pas mon achat même si j’apprécie toujours autant la sensation du papier et son odeur.

Reply
Cordélia Reid 10 mai 2014 - 16h 40

Mettre feu à tes livres, carrément ? xD
Mais oui c’est sûr que si on en achète beaucoup, ça devient un certain budget par mois ^^’
La liseuse, c’est vraiment le côté pratique :D

Reply
Vero 7 mai 2014 - 16h 01

La liseuse, c’est génial.

En plus, je ne la paye pas la bibliothèque municipale jusqu’à preuve du contraire. C’est gratuit, je ne paye pas l’auteur en empruntant des livres à la bibliothèque.
Oui et non, en fait. En principe, l’auteur peut toucher quelque chose, mais je crois que dans les faits c’est assez compliqué et que ça marche mieux quand tu est Marc Lévy qu’un auteur qui a vendu 300 exemplaires.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_fran%C3%A7aise_du_18_juin_2003_relative_%C3%A0_la_r%C3%A9mun%C3%A9ration_au_titre_du_pr%C3%AAt_en_biblioth%C3%A8que

Mais sinon, pareil, je pirate sans vergogne des livres que j’ai déjà en version papier, histoire de pouvoir les lire plus commodément, et puis des livres d’auteurs qui ont déjà plein de sous, parce que voilà, je suis pauvre et ils sont riches, et puis des livres d’auteur dont je me suis juré que j’achèterai jamais leurs bouquins parce que je veux pas mettre de sous dans leurs poches (parce qu’ils se montrent super méprisants envers leurs lecteurs, par exemple).
Par contre, j’ai beaucoup de plaisir à acheter des livres de petites maisons numériques, quand je sais que l’argent va à des auteurs et des éditeurs qui ont besoin de soutien.

Reply
Cordélia Reid 8 mai 2014 - 23h 03

Oui effectivement je sais que l’auteur touche quelques euros à l’année pour les prêts en bibliothèques ^^’ Je n’en ai pas parlé parce que justement c’est pas grand chose. Sauf si on est Marc Lévy, effectivement.
Et je fais pareil que toi pour les petites maisons d’édition ! J’ai plaisir à les soutenir, ça me donne l’impression d’être un peu utile ^^

Reply
axelle57 7 mai 2014 - 13h 56

Je n’ai pas encore passé le cap de la liseuse parce que j’ai considérablement réduit mon rythme de lecture. J’aurais eu ça quand j’étais lycéenne, puis étudiante, OMG, ça aurait été le paradis !
Tout comme toi, je pense que l’un ne détrône pas l’autre. J’aime les livres, il y en a quelques uns qui perdent leurs pages à force d’avoir été lus et relus ;-). Sinon il y a ceux que j’aime et que j’ai envie de garder. Et puis je prêt mes livres aussi et là encore, pas sûre que ce soit dans l’intérêt financier de l’auteur, finalement, ne serait-ce pas aussi une forme de « piratage » ?

Reply
Cordélia Reid 8 mai 2014 - 23h 00

Effectivement, la liseuse n’est pas très rentable si on lit peu ^^’
Et tu as raison pour le prêt de livres entre amis, je n’en ai pas parlé mais j’aurais pu l’ajouter comme argument ^^ De la même manière que je piquais toujours les CDs de mes copines pour les copier !
Merci pour ton commentaire :)

Reply
Colin's 7 mai 2014 - 13h 14

Sentiments partagés, la liseuse ça ne remplace pas les livres papiers, mais c’est quand même une invention brillante (surtout quand on peut activer le retro-éclairage à l’envie).
Après 22 ans d’existence, j’ai enfin pu me résoudre à ne pas mettre deux bouquins dans mon sac et puis un petit troisième pour la route. Liseuse, amie des expatriés, merci ;).

Reply
Cordélia Reid 8 mai 2014 - 22h 57

Oui effectivement, je connais pas mal de copines parties en Erasmus avec le liseuse par exemple et c’est fort pratique ;) Parce que trouver des bouquins en français sur place, c’est pas évident.
Merci pour ton commentaire :)

Reply
Lebonbonaucassis 7 mai 2014 - 12h 58

J’ai déjà testé la liseuse mais j’ai du mal à adhérer. Je ne saurais pas trop comment l’expliquer mais ça ne me branche pas.
Mais ton raisonnement est juste, le livre électronique ne tue pas le livre « classique ».

Reply
Cordélia Reid 8 mai 2014 - 22h 55

Ah ouais ? Je peux comprendre, c’est un peu particulier au début, mais je m’y suis faite très vite ^^
Merci pour ton commentaire :)

Reply

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Ok En savoir plus